•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Airbnb injecte des millions de dollars dans l'économie vancouvéroise, selon une étude

Aperçu de l'application Airbnb

Aperçu de l'application Airbnb

Photo : Getty/AFP/JOHN MACDOUGALL

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'entreprise de San Francisco Airbnb a engagé un chercheur de l'Université de Victoria pour peindre le portrait de son impact économique à Vancouver.

Un texte de Geneviève MilordTwitterCourriel

Selon les trouvailles du professeur de marketing, Brock Smith, l'entreprise générerait 402 millions de dollars annuellement dans la métropole britanno-colombienne. Celui-ci dit s'être penché uniquement sur le volet économique, sans prendre en compte d'autres dimensions.

« J'ai été surpris par le grand nombre de propriétaires vancouvérois qui offrent leur résidence en location sur le site, plus de 8600 petites annonces », avoue le chercheur qui a compilé les données des voyageurs ayant utilisé Airbnb à Vancouver entre septembre 2015 et août 2016.

Données recueillies par Brock Smith

  • Visiteurs Airbnb : 267 000
  • Dépenses des visiteurs : 179 M$
  • Revenus des hôtes : 72 M$
  • Dépenses des hôtes : 57 M$

L'étude démontre toutefois que 93 % des visiteurs seraient venus à Vancouver même sans le service d'Airbnb. Les revenus ne sont pas exclusifs à la présence du géant de la location, selon le document.

« Une petite proportion des hôtes sont des professionnels qui utilisent le site pour louer leur propriété comme une entreprise, mais une majorité loue une chambre ou leur propriété entière seulement quand ils partent en vacances », a constaté Brock Smith, qui travaillait pour le compte d'Airbnb.

L'entreprise qui multiplie la publication d'études en sa faveur dit que celle-ci prouve que ses services incitent les visiteurs à rester plus longtemps à Vancouver, soit 5,5 nuits plutôt que 4 nuits lorsqu'il s'agit de gîtes plus conventionnels. « Ils restent plus longtemps et dépensent plus dans les quartiers où ils séjournent, profitant ainsi aux petites entreprises locales », explique Alex Dagg, directrice des politiques d'Airbnb Canada. Elle ajoute que « des milliers de familles choisissent d'utiliser notre plateforme pour arrondir leurs fins de mois, ce qui leur permet de vivre dans cette ville inabordable ».

Des études non objectives

Guillaume Hébert, chercheur à l'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS), à Montréal, croit qu'il faut prendre ces études commandées par Airbnb, et toujours à son avantage, avec un grain de sel.

« C'est très difficile d'avoir des chiffres exacts, car Airbnb ne collabore pas à ces études qui veulent faire un portrait plus précis, mais quand on regarde ce qui se passe vraiment, il y a énormément de gens qui utilisent Airbnb pour ouvrir des hôtels illégaux contournant toute la réglementation qui est imposée à l'industrie hôtelière. »

Guillaume Hébert rappelle qu'Airbnb a été « soumis à certaines lois à Amsterdam et chaque fois qu'il y avait de nouvelles modifications, les lois ont été contournées, car cela était en contradiction avec le modèle d'affaires d'Airbnb. »

« Airbnb est tellement gros et puissant que dans certains cas des villes ne sont plus capables de rivaliser avec les moyens de colosse de cette puissante "économie de partage" qui grandit. »

— Une citation de  Guillaume Hébert, chercheur à l'IRIS

Vancouver va réglementer Airbnb

Le conseiller municipal de Vancouver Goeff Meggs croit que l'étude du professeur Brock soulève plus de questions qu'elle n'offre de réponse sur l'impact d'Airbnb à Vancouver. La Ville tente de déterminer son rôle vis-à-vis des logements locatifs, alors que le taux d'inoccupation se maintient tant bien que mal au-dessus de zéro depuis plus d'un an.

La Ville de Vancouver a réagi aux critiques en proposant de réglementer les services comme Airbnb. Vancouver exigera bientôt un permis d'opération pour tous les propriétaires qui souhaitent afficher leur logement sur le site de location, avec certaines restrictions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !