•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grands-parents, petits enfants : une relation donnant donnant

Le reportage de Héloïse Bargain

Les Centres de la petite enfance et de la famille (CPEF) donnent souvent l'occasion aux grands-parents de briser l'isolement tout en offrant aux enfants la possibilité d'apprendre de leurs aînés. 

Un texte de Héloïse BargainTwitterCourriel

Francine Livingstone a 64 ans et n'est pas près de prendre sa retraite.

La retraite...ça ne m'intéresse pas beaucoup. Je ne saurais pas quoi faire si je n'avais pas d'enfants autour de moi

Francine Livingstone

Depuis cinq ans, cette grand-mère garde ses petits-enfants à temps plein en plus d'assurer la garde à d'autres enfants du quartier.

Qu'il pleuve ou qu'il vente, elle se lève tous les matins de la semaine pour faire la tournée des maisons dans Saint-Boniface afin de récupérer tous les enfants dont elle doit s'occuper.

Si Madame Livingstone a beaucoup d'idées dans son sac pour occuper les enfants, elle aime aussi beaucoup participer aux activités du CPEF Taché.

« C'est un lien avec la communauté francophone. On rencontre aussi des parents qui ont des jeunes enfants et même des grands-parents », explique-t-elle.

Francine Livingstone, avec sa petite-fille et une enfant qu'elle garde lors d'une activité au CPEF Taché.Francine Livingstone, avec sa petite-fille et une enfant qu'elle garde lors d'une activité au CPEF Taché. Photo : Radio-Canada

Les CPEF : Un lieu de partage

Comme Francine Livingstone, plusieurs aînés fréquentent les CPEF avec leurs petits enfants pour rencontrer des gens.

« Ça brise l'isolement. Donc nous ici on invite tous les grands-parents à venir avec leurs petits-enfants, ça met de la joie et ça change l'énergie d'avoir différents âges au CPEF », explique la coordonnatrice du CPEF Taché, Linda Racicot 

Le CPEF Taché organise même au moins une fois par an des ateliers intergénérationnels en partenariat avec les foyers d'aînés au Manitoba pour permettre la rencontre entre la jeunesse et l'âge d'or.

« Transfusion de passions »

Si les grands-parents y trouvent leur compte dans cette relation, les enfants aussi.

Le professeur et responsable du programme de certificat en gérontologie à l'Université de Montréal, Ignace Olazabal, explique que les grands-parents d'aujourd'hui, autrefois les baby-boomers, sont caractérisés par leur volonté de faire des activités ludiques.

Le professeur en anthropologie et responsable du programme de certificat en gérontologie à l'Université de Montréal, Ignace Olazabal.Le professeur en anthropologie et responsable du programme de certificat en gérontologie à l'Université de Montréal, Ignace Olazabal. Photo : Radio-Canada

Contrairement aux anciennes générations de grands-parents qui devaient s'occuper de beaucoup de petits enfants, les grands-parents d'aujourd'hui n'en ont que quelques-uns et ont tendance à privilégier les loisirs à la discipline, explique le professeur.

Les petits enfants, ce qu'ils recherchent chez les grands-parents c'est certainement des gens avec qui ils peuvent passer un temps de loisir intéressant. [...] On parle des activités sportives, d'activités culturelles comme le cinéma, le théâtre, mais aussi des sorties en tête à tête comme la bibliothèque ou le restaurant.

Ignace Olazabal, Université de Montréal

De son côté, Francine Livingstone n'a pas fini de faire des activités avec ses petits-enfants au CPEF. Une de ses filles projette d'avoir des enfants, ce qui ne fera qu'agrandir la « gang » de bambins qui ont recours aux services de garde de Madame Linvingstone.

Manitoba

Enfance