•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Journalistes sous surveillance : Couillard serre la vis

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard

Photo : RADIO-CANADA/MATHIEU DION

Radio-Canada

Au lendemain des révélations selon lesquelles le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a espionné le journaliste Patrick Lagacé, le gouvernement de Philippe Couillard a annoncé trois mesures pour mieux protéger les sources journalistiques, dont celle de rendre plus difficile l'obtention d'un mandat de surveillance.

Un texte de Mathieu DionTwitterCourriel correspondant parlementaire à Québec

Le mot "préoccupé" est faible. Pour moi, c'est grave ce qui se passe actuellement.

Philippe Couillard, premier ministre du Québec

1- Mise sur pied d'un groupe d'experts

Ce groupe, dirigé par un « juge de prestige », aura pour tâche de soumettre des recommandations au gouvernement d'ici le printemps 2017. Parmi les experts se trouveront un membre des corps policiers québécois ainsi qu'un journaliste. Cela pourrait mener à l'adoption d'une loi pour mieux protéger les sources journalistiques.

2- Rendre plus difficile l'obtention d'un mandat

Dès cette semaine, le ministère de la Sécurité publique inscrira les journalistes au même niveau que les députés, les avocats et les juges pour l'obtention d'un mandat de surveillance. La demande devra désormais passer par le Directeur des poursuites criminelles et pénales, qui déterminera si la preuve et les soupçons sont suffisants.

3- Inspection des trois corps de police

Le ministère de la Sécurité publique mènera également une inspection des services de police de Montréal et de Québec et de la Sûreté du Québec en ce qui concerne la surveillance des journalistes.

Les journalistes assistent à un point de presse du premier ministre du Québec

L'opposition réclame des enquêtes

Les partis d'opposition à Québec exigent plutôt des enquêtes afin d'examiner les cas récents où la protection des sources journalistiques a été mise en cause. Ils craignent que les actes commis dans le passé ne soient pas condamnés.

La Coalition avenir Québec a demandé au gouvernement libéral d'instituer une enquête publique. Celle-ci permettrait de faire la lumière sur les cas soulevés récemment, dont ceux des journalistes Michaël Nguyen, du Journal de Montréal, et Patrick Lagacé, de La Presse, et de revoir les règles et les lois en place.

Claire Samson, François Legault et Simon Jolin-Barrette de la Coalition avenir Québec

Claire Samson, François Legault et Simon Jolin-Barrette de la Coalition avenir Québec

Photo : RADIO-CANADA/MATHIEU DION

Le Parti québécois propose pour sa part deux actions : une enquête du Bureau des enquêtes indépendantes ainsi qu'un nouveau cadre légal et transparent visant à protéger les sources journalistiques.

Nous sommes devant une dérive très claire.

Jean-François Lisée, chef du Parti québécois

Tirs groupés contre le directeur du SPVM

Ces révélations ont soulevé de nombreuses critiques à l'endroit du directeur du SPVM, Philippe Pichet, qui a autorisé l'espionnage de Patrick Lagacé

Le chef péquiste, Jean-François Lisée, a suggéré de suspendre M. Pichet le temps d'une enquête. Son homologue caquiste, François Legault, va plus loin et invite le chef du service de police à songer à démissionner. M. Pichet s'est accroché à son poste mardi, soutenant qu'il a respecté les règles.

Philippe Couillard s'est gardé de critiquer M. Pichet et a indiqué que le gouvernement du Québec n'était pas le seul responsable de sa nomination. Il y a également différents partenaires municipaux. Il a appelé les partis d'opposition à respecter la « justice naturelle ».

Il faut prendre garde de prendre des décisions attrayantes sur le plan politique, mais graves pour nos institutions.

Philippe Couillard, premier ministre du Québec

M. Couillard a soutenu que les mesures annoncées mardi assureront un débat public sur la question.

La FPJQ préoccupée par la protection des sources

Le président par intérim de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), Jean-Thomas Léveillé, s'est dit soulagé de voir le gouvernement agir rapidement et dans le sens de la FPJQ. Néanmoins, il cible l'importance de protéger les sources des journalistes et plaide pour une solution globale et à long terme. « On veut que les gens qui ont des choses à dire puissent le faire », dit-il.

« Une bonne façon de le faire est de légiférer, ajoute-t-il. Le projet de loi 87 n'a pas d'allure, il ne protège pas les lanceurs d'alerte. La FPJQ a proposé plusieurs amendements et s'ils ne sont pas adoptés, la loi ne protégera pas les divulgateurs et les lanceurs d'alerte. »

Politique