•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le marché européen pourrait rapporter 600 M$ aux producteurs de boeuf albertains

un boeuf dans une ferme d'élevage

Ferme d'élevage

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après avoir été exclu pendant des décennies de la plupart des marchés européens, le Canada pourrait combler 1 % des besoins de l'Union européenne (UE) avec sa viande bovine, dans le cadre de l'entente sur le libre échange.

L'industrie bovine canadienne ne va toutefois pas en être totalement transformée, mais selon Rich Smith du groupe des producteurs de boeuf de l'Alberta, ce nouveau marché pourrait rapporter quelque 600 millions de dollars aux producteurs de la province.

L'entente sur le libre-échange entre le Canada et l'UE doit encore être ratifiée par le Parlement européen et celui du Canada, mais l'entente globale a été signée dimanche. Celle-ci prévoit supprimer 99 % des droits de douane entre les deux entités. Le texte sera appliqué de manière provisoire et partielle au début de 2017. Les 28 États membres de l'UE devront ensuite l'approuver pour qu'il devienne définitif.

L'accord exige que le boeuf soit élevé sans hormones de croissance. Une règle qui ne devrait pas poser de problème à la plupart des éleveurs albertains, estime Rich Smith.

« Il y a déjà des producteurs qui élèvent leurs boeufs sans utiliser d'hormones de croissance et cette tendance va certainement augmenter si le marché européen le demande », a-t-il estimé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Agro-industrie