•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'impact de la taxe carbone restera « relativement faible » assure le gouvernement

La ministre de l'Environnement de l'Alberta Shannon Phillips.

La ministre de l'Environnement de l'Alberta Shannon Phillips.

Photo : CBC

Radio-Canada

L'opposition a vivement critiqué un rapport du gouvernement albertain qui suggère que l'impact de la taxe carbone restera « relativement faible » sur l'économie de la province. Les économistes du gouvernement prévoient que le plan de lutte contre le carbone ralentira l'économie de 0,05 % par an au cours des six prochaines années.

Cette taxe devrait conduire à une réduction totale du produit intérieur brut (PIB) de 0,3 % à 0,4 % d'ici 2022, selon le rapport.

Celui-ci stipule en revanche que si le plan de lutte contre le carbone permet d'améliorer l'accès aux marchés, l'effet économique pourrait être bénéfique.

Il est ajouté que l'approbation d'un des projets de pipelines permettrait d'augmenter le PIB d'environ 1 % d'ici 2022. Une augmentation qui compenserait les coûts liés à la taxe carbone, estime le rapport.

Les chiffres du rapport ont été calculés par le Conseil du trésor et des finances de l'Alberta, qui a utilisé le modèle de prévision macroéconomique qui sert à préparer le budget.

Brian Jean, chef de l'opposition albertaine et du Wildrose Party

Brian Jean, chef de l'opposition albertaine et du Wildrose Party

Un rapport critiqué par l'opposition

Le chef du parti d'opposition officielle Wildrose, Brian Jean, estime pour sa part que cette taxe pourrait faire perdre 15 000 emplois en Alberta.

De son côté, le député du Wildrose et porte-parole pour les énergies renouvelables, Don MacIntyre, a dit que ce rapport omet certaines dépenses comme les coûts que va entraîner la fermeture des centrales de charbon et l'impact sur les emplois.

La ministre de l'Environnement, Shannon Phillips, a toutefois maintenu le cap, déclarant que le rapport ne tient pas non plus compte de la façon dont le gouvernement envisage de réinvestir les recettes tirées de cette taxe carbone.

Le rapport ne tient pas compte des dizaines de milliards de dollars qui vont permettre à la province d'améliorer l'énergie renouvelable et il y aura des investissements supplémentaires du gouvernement fédéral.

Shannon Phillips, ministre de l'Environnement

Le gouvernement fédéral envisage d'imposer une taxe nationale sur le carbone à toutes les provinces qui n'ont pas encore de plan en place d'ici 2018.

Shannon Phillips estime que, si le fédéral impose une taxe à la province, il y a aura des conséquences économiques et qu'il est donc plus judicieux que l'Alberta ait son propre plan.

« Nous sommes en train de préparer un plan qui fonctionne pour l'Alberta. Cette approche est mieux adaptée à notre province et garantit de protéger les emplois existants ainsi que notre économie orientée vers l'exportation », conclut-elle.

Alberta

Économie