•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Abrégés et mélanges, de Charles Sagalane

L'auteur Charles Sagalane

L'auteur Charles Sagalane

Photo : Sophie Gagnon-Bergeron

Radio-Canada

Charles Sagalane (Nouvelle fenêtre) est né et vit à Saint-Gédéon-de-Grandmont, au Lac-Saint-Jean. Il a remporté le Prix de poésie Radio-Canada 2016.

Il aime que les livres soient le point de départ et le point d'arrivée d'aventures humaines, souvent « indisciplinaires ». Son cinquième recueil de poésie, 73armoire aux costumes (La Peuplade), a été nourri par des animations littéraires, des résidences et des performances. 

Abrégés et mélanges sont, selon lui, des poèmes « inspirés du cut-up de la Beat Generation et du découpage à la Michaux, et ont été composés à partir de [ses] carnets. »

Abrégés et mélanges

C'est à partir d'archives qu'ont été constitués ces quelques abrégés et mélanges. Numérotés de 1 à 44, les carnets ayant servi à cette fin possèdent 96 pages et couvrent la période allant du 20 juillet 1994 au 11 mars 2013.

Du moins l'intense

Un jour, je fus prêt à tout tenir dans ma main. Pas de genre, ni de talent, pas de texte, l'on s'en doute. Plus on en sait sur vous et moins vous existez. Déclaré petit, je suis devenu bref. Foudroyant, j'ai fait le serment de fondre sous l'intense. Donné ma voix à un nom si fort que parfois je réponds. Six mille fois moi, jamais le même visage. Le tout sous une montagne d'étincelles. Tu ne sais pas l'avenir, mais l'avenir te connaît.

(Carnet 20: 2, 64, 73, 73, 74, 80, 90.)

Des signes et des symboles

Rilke, sous la fraîcheur d'une réalité qui pourrait advenir. Et Goethe pour le soleil suivant. Ces deux-là prêtent la même oreille aux brumes scintillantes. « Non, non, je ne t'ai pas touché! J'étais là avant toi! Non, non, je ne t'ai pas touché! De toute façon, tu me menaces, idiot! Je ne t'ai pas touché! » Nous narrons tous des actes extravagants dont nous ne savons rien des frémissements. Nous fractionnons en nous le nombre personnel. Une indicible forme écoute peut-être cette mélodie de fond. Une fugue. L'ultime. Quelle qu'elle soit – votre explication sera mon sens.

(Carnet 6: 84, 48, 69, 47, 83, 96, 31, 3.)

Le point de l'être

Voici une forme vocale composée. Les graves sont écrits à cinq voix, dans un rythme où les valeurs pointées dominent. « T'as fait un chiffre de nuit? » Chaque lettre y rend plus digne le nom d'homme. « Non, j'arrive de veiller mon père. » L'art d'écrire des livres n'est pas encore découvert, mais il est sur le point de l'être. De quoi somnoler une heure, la tête sur le bureau, dans le champ des fragments. Sans négliger l'intervalle qui se répète. Accomplie. Ou sur le point de l'être. « Là, je vais regarder le plan de ta composition. Au fond, tu veux démontrer la vision réaliste de l'auteur. » Pendant ce temps, le texte vous désire. La preuve, c'est l'écriture. Et moi, je voudrais vous paraître sauvage, lexical, sporadique, superbement hors de la phrase, ses jambages et ses hampes.

(Carnet 12: 2, 7, 9, 90, 72, 72, 75, 86.)

Un minuscule passage

« Tes excuses sont trop dures », glisse-t-elle à mon oreille. Nous existons au seuil de l'imperceptible. Tout ce qui n'est pas transcrit dans la forme moderne – en minuscules – est condamné à l'oubli et à la disparition. Décisive, cette transformation exerce des conséquences profondes sur l'Histoire des livres. De même que je suis maigre, et qu'il n'y a rien en moi qui ne soit superflu, de la sorte un pouvoir m'utilise. Je suis dans sa main un outil mal dégrossi. Une œuvre-passage, où la mort et la naissance luttent entre elles. À cette heure, tu dors. Ou peut-être restes-tu éveillée comme moi à secouer la nuit.

(Carnet 14: 3, 25, 19, 20, 31, 31, 56, 56.)


Véritable tremplin pour les écrivains canadiens, le Prix de poésie Radio-Canada (Nouvelle fenêtre) est ouvert à tous, amateurs ou professionnels. Il récompense chaque année les meilleurs poèmes ou groupes de poèmes originaux et inédits soumis au concours. Le gagnant reçoit 6000 $ offerts par le Conseil des arts du Canada, une résidence d'écriture au Banff Centre des arts et de la créativité, en Alberta, et son texte est publié dans le magazine Air Canada enRoute et sur ICI.Radio-Canada.ca/icionlit. Les finalistes reçoivent chacun 1000 $ offerts par le Conseil des arts du Canada, et leur texte est publié sur ICI.Radio-Canada.ca/icionlit.

Vous aussi, vous écrivez? Participez aux Prix de la création Radio-Canada!

Livres

Arts