•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Possibilité d'infection à l'Hôpital Saint-Boniface chez 4300 personnes

L'Unité de soins de chirurgie cardiaque de l'Hôpital de Saint-Boniface.
L'Unité de soins de chirurgie cardiaque de l'Hôpital de Saint-Boniface. Photo: Oumelkheir Djeinaidi

L'Hôpital Saint-Boniface et l'Office régional de la santé de Winnipeg (ORS) informent les patients adultes qui ont été opérés à coeur ouvert à l'Hôpital Saint-Boniface depuis 2012 qu'ils courent un risque potentiel d'infection.

Selon l'Office régional de la santé de Winnipeg, un dispositif utilisé pour chauffer et refroidir le sang pendant des opérations à coeur ouvert a été en contact avec une bactérie appelée mycobactérie non tuberculeuse. Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, basés aux États-Unis, estiment le risque de contagion à moins de 1 %. L'ORS fait savoir qu'à sa connaissance aucun patient n'a eu cette infection à la suite d'une opération à coeur ouvert.

« Les chances d'attraper cette infection sont très faibles », dit le Dr Rakesh Arora, chirurgien cardiaque et codirecteur du service de chirurgie cardiaque de l'Hôpital Saint-Boniface, par voie de communiqué.

L'ORS estime que 4300 personnes ont subi une opération à coeur ouvert depuis 2012.

Selon l'ORS, le dispositif qui sert à réchauffer le sang est indispensable lors d'opérations chirurgicales à cœur ouvert et est utilisé dans les hôpitaux à travers le pays. L'ORS suspecte que la bactérie se trouvait dans le dispositif lors de sa fabrication, mais n'aurait alors pas été détectée.

Des symptômes qui apparaissent des années après l'opération

Dans un communiqué, l'ORS explique que la mycobactérie non tuberculeuse est commune et ne cause que rarement des complications. Elle ajoute que l'infection due à cette bactérie se développe très lentement et est difficile à diagnostiquer. Dans certains cas, les patients peuvent présenter des symptômes des mois, voire des années après avoir été opérés.

De son côté, l'Hôpital Saint-Boniface assure que ses dispositifs font l'objet de tests afin de déceler la présence de bactérie.

L'établissement annonce que tous les patients qui ont subi une opération chirurgicale depuis 2012 recevront une lettre qui les informera des risques qu'ils encourent et leur indiquera à qui adresser leurs questions.

Manitoba

Santé