•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cabinet Trudeau complètement bilingue? Not yet!

Le premier ministre Justin Trudeau et son cabinet
Le premier ministre Justin Trudeau et son cabinet Photo: La Presse canadienne / Presse canadienne / Fred Chartrand

Presque un an après leur assermentation, plusieurs ministres fédéraux peinent encore à s'exprimer dans la langue seconde. Certains mettent toutefois les bouchées doubles pour y arriver.

Un texte de Madeleine Blais-MorinTwitterCourriel

La ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, a passé la dernière année « sur les chapeaux de roues », a-t-elle affirmé en entrevue. La nouvelle députée, nommée ministre, qui devait se familiariser avec les différents dossiers de son portefeuille, s'est aussi mise à l'apprentissage de l'anglais. « C'est beaucoup. L'hiver passé, je pouvais avoir jusqu'à huit heures de cours par semaine. »

La ministre du Revenu national, Diane LebouthillierLa ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier Photo : PC / Presse canadienne / Justin Tang

Mme Lebouthillier est une espèce rare dans le cabinet de Justin Trudeau. C'est la seule ministre unilingue francophone.

Toutefois, elle n'est pas la seule à s'être plongée dans l'apprentissage d'une langue seconde. Une dizaine d'autres suivent des cours, même si aucune règle n'exige des ministres qu'ils soient bilingues.

« Notre gouvernement est fermement engagé à promouvoir la vitalité de nos deux langues officielles », a assuré l'attaché de presse au cabinet du premier ministre, Cameron Ahmad.

Les derniers de classe

Il y a aussi ceux qui ne suivent pas de cours du tout. Selon la liste fournie par le cabinet du premier ministre, trois ministres – Lawrence MacAulay, MaryAnn Mihychuk et Ralph Goodale – n'ont pas de cours de français et n'utilisent pas non plus de façon régulière la langue de Molière.

À la Sécurité publique, M. Goodale assure pourtant être fier des deux langues officielles. « Je dois y travailler plus fort, ce n'est pas facile pour moi, mais je fais de mon mieux », a-t-il dit en anglais.

Malgré ses efforts, Diane Lebouthillier n'est pas encore prête, par exemple, à donner une entrevue en anglais sur des questions liées à son ministère, celui du Revenu national. « C'est tellement pointu comme sujet que je me rends compte que je ne pourrais pas faire une entrevue en anglais sur des principes qui concernent l'Agence, parce que les risques d'erreurs pourraient mener à la controverse. »

La peur de l'erreur

Le ministre des Finances, Bill MorneauLe ministre des Finances, Bill Morneau Photo : PC / Presse canadienne / Adrian Wyld

Le ministre des Finances, Bill Morneau, qui est fonctionnellement bilingue, admet que répondre en français à des questions liées aux finances lui fait vivre un certain stress, mais il relativise les conséquences d'une éventuelle erreur. « Je pense que les gens sont plus intelligents que ça. Si je fais une petite erreur, normalement ce n'est pas grave. »

M. Morneau ne suit pas de cours de langue, mais il profite des contacts avec ses collègues pour s'améliorer. « Je veux faire des discours et des entrevues en français au Québec, parce que je crois que c'est important d'avoir l'occasion de parler avec les gens dans leur langue. »

Mme Lebouthillier en fait, elle aussi, une question de principe, mais c'est également par intérêt personnel. Elle espère pouvoir converser plus aisément avec ses collègues anglophones. « Je suis travailleuse sociale de formation, donc, je suis quelqu'un qui aime savoir, apprendre, connaître, et là, parfois, je reste sur mon appétit. »

Politique fédérale

Politique