•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'immigration francophone au plus bas depuis 15 ans en Ontario

Une jeune réfugiée syrienne au Canada.

Une jeune réfugiée syrienne au Canada.

Photo : Mark Blinch/Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

EXCLUSIF - Le nombre de nouveaux arrivants francophones en Ontario est à la baisse et à son plus bas niveau depuis 2000, selon des données obtenues par Radio-Canada.

Un texte d’Annie PoulinTwitterCourriel

L'année dernière, 2061 immigrants francophones ont choisi de s'installer en Ontario. En comparaison, ils étaient 3574 en 2010, selon des données du ministère des Affaires civiques et de l'Immigration de l'Ontario.

En 2012, la province s'était pourtant engagée à accueillir plus d'immigrants francophones. Le gouvernement s'était fixé une cible de 5 % de l'immigration totale.

Trois ans plus tard, la proportion de nouveaux arrivants francophones a glissé légèrement sous la barre des 2 %. 

Il y a lieu de se poser [la question] : est-ce que c'est réellement une priorité [du gouvernement]?

Une citation de :François Boileau, commissaire aux services en français

Le commissaire aux services en français de l'Ontario, François Boileau, se dit alarmé par les dernières statistiques.

« Il y a une pente, malheureusement cette pente elle est glissante, elle s'en va vers le bas. L'analyse elle est donc négative », conclut-il.

La province reste optimiste

La ministre déléguée aux Affaires francophones, Marie-France Lalonde, affirme que le gouvernement a pris des mesures pour stimuler l'immigration francophone. 

« On a mis en place des mécanismes, un comité d'experts qui va amener des recommandations », explique-t-elle. Ce comité a déjà remis au gouvernement un rapport sur les moyens d'attirer plus d'immigrants francophones.

Elle souligne qu'en mars, Ottawa s'est donné une stratégie pour stimuler l'immigration francophone hors Québec. Durant l'été, les provinces canadiennes se sont aussi entendues pour une cible de 5 % en la matière.

Je pense qu'il y a pas mal de choses positives qui s'en viennent.

Une citation de :Marie-France Lalonde, ministre déléguée aux Affaires francophones

Des solutions 

Le directeur du Réseau de soutien à l'immigration francophone du Centre-Sud-Ouest de l'Ontario, Alain Do Bi, a coprésidé le comité d'experts mandatés par la province pour trouver des solutions.

Alain Do BiAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le directeur du Réseau de soutien à l'immigration francophone du Centre-Sud-Ouest de l'Ontario, Alain Do Bi

Photo : Jean-François Benoît

Il pense que l'Ontario doit redoubler d'efforts pour se démarquer comme terre d'accueil et cibler les étudiants étrangers. 

La solution passerait également par une augmentation des incitatifs et des mesures d'accompagnement en français. 

Selon lui, la province devrait renforcer ses fournisseurs de services francophones.

Le ministère de l'Immigration de l'Ontario affirme que le rapport du comité coprésidé par Alain Do Bi sera rendu public dans les prochaines semaines. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario