•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Personne ne devrait hésiter avant de demander des services juridiques en français

L'accès à la justice en français en Saskatchewan peut être renforcé selon le Comité consultatif en matière d’affaires francophones.

L'accès à la justice en français en Saskatchewan peut être renforcé selon le Comité consultatif en matière d’affaires francophones.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Il est possible que des francophones en Saskatchewan hésitent avant de demander des services juridiques en français, d'après le plus récent rapport du Comité consultatif en matière d'affaires francophones.

Dans ce rapport remis au gouvernement vendredi, le Comité soutient qu'il est important pour les francophones de pouvoir s'exprimer dans leur langue maternelle lorsque vient le temps d'utiliser des services juridiques. Le Comité précise que le ministère de la Justice est engagé à jouer son rôle auprès des francophones et que le rapport permet d'apporter des améliorations.

« Des défis tels que la traduction de documents et les barrières linguistiques face aux fonctionnaires judiciaires peuvent aussi décourager les parlants français et pousser ces derniers à poursuivre en anglais. »

— Une citation de  Extrait du rapport présenté au gouvernement

On peut lire dans le rapport que, selon des données du ministère de la Justice, une vingtaine de causes sont traitées entièrement en français chaque année en Saskatchewan. Il y aurait également une vingtaine de cas supplémentaires dans lesquels un service d'interprétation en français est nécessaire, selon le rapport.

Ce dernier contient huit recommandations de la part du Comité. Ces recommandations ciblent notamment l'augmentation de l'affichage bilingue dans les palais de justice, la nomination d'un plus grand nombre d'employés bilingues ainsi que la participation des interprètes contractuels aux formations offertes en français par le ministère de la Justice.

De son côté, le ministère de la Justice a mis en place certaines procédures pour améliorer l'accès aux services en français, selon la responsable des Affaires francophones de la province. Nadine Wilson soutient que le Ministère a ajouté de l'affichage bilingue dans certains palais de justice et qu'il fournit des services d'interprétation aux personnes qui en ont besoin.

Nadine Wilson a confirmé avoir reçu le rapport et remercie le Comité.

Rapport du Comité consultatif en matière d'affaires francophones

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !