•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nomination au Sénat de l'artiste René Cormier est bien accueillie en Acadie

René Cormier s'exprime à la suite de sa nomination au Sénat
Radio-Canada

L'artiste acadien René Cormier siégera au Sénat du Canada. Il est l'un des cinq résidents de l'Atlantique qui viennent d'être désignés sénateurs par le premier ministre Justin Trudeau.

Depuis l'annonce de sa nomination, jeudi matin, plusieurs personnalités en Acadie ont accueilli avec joie cette nomination. Le Néo-Brunswickois est président de la Société nationale de l'Acadie (SNA).

Il a aussi été président de la Commission internationale du théâtre francophone, directeur du Théâtre populaire d'Acadie, président de la Fédération culturelle canadienne-française et membre du conseil d'administration de la Conférence canadienne des arts. Il s'est dit très heureux et touché par cette nomination.

 J'ai d'abord été très honoré que le premier ministre envisage ma candidature. C'est à la fois un grand honneur et une grande responsabilité. 

René Cormier, président de la SNA

René Cormier soutient qu'il aimerait rester à la tête de la SNA, même s'il siège au Sénat. « Je pense que le mandat de la SNA n'est pas étranger à la mission du Sénat. Mais, je vais devoir vérifier avec les instances en place pour voir si cela est possible. Il faut s'assurer qu'il n'y ait pas de conflit ou de perception de conflit d'intérêts entre le travail que j'aurais à accomplir au Sénat et la présidence de la SNA », commente-t-il.

Le Bureau du conseiller sénatorial en éthique a souligné par courriel que « le [Code régissant l'éthique et les conflits d'intérêts des sénateurs] ne fournit aucun type d'événements pouvant ou non être permis. Conséquemment, nous ne pouvons que parler de façon générale puisque chaque situation particulière d'un sénateur peut mener à une conclusion différente ».

Le Néo-Brunswickois indique qu'il aura particulièrement à cœur de s'impliquer dans les dossiers culturels au sein de ses nouvelles fonctions. « Comme je suis issu des arts et de la culture, le dossier culturel est un dossier important. [...] La culture occupe une place importante dans le développement de notre pays », défend-il.

Les questions de la protection des minorités, de la promotion des langues officielles et droits de la personne auront aussi une grande importance, selon lui.

Réactions positives

La nomination de René Cormier réjouit Philippe Beaulieu, de l'Association des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick.

« Ç'a été un sourire instantané parce que je trouve que c'est une excellente décision. René connaît très bien la région atlantique, pas seulement le Nouveau-Brunswick, et aussi la francophonie canadienne, sur le plan des arts, du théâtre francophone, etc. », affirme Philippe Beaulieu.

 C'est un homme sensible, un homme impliqué, engagé, et ça, ça augure bien. Je suis vraiment content de cette nouvelle. 

Philippe Beaulieu, Association des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick

L'artiste multidisciplinaire Herménégilde Chiasson, ancien lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick, estime que les artistes ont un grand rôle à jouer au Sénat comme dans l'ensemble de la société.

Herménégilde Chiasson, ancien lieutenant-gouverneur du Nouveau-BrunswickHerménégilde Chiasson, ancien lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick Photo : Radio-Canada/Michèle Brideau

« Je pense que les arts durant longtemps ont porté le discours en Acadie. [...] René va être un homme de discours. Il l'est déjà, mais ça va vraiment marquer ce règne-là. D'ailleurs il n'est pas le premier, parce que Viola Léger avait déjà été nommée au Sénat. Donc, il y a comme un intérêt vers cette dimension-là, vers le discours, c'est-à-dire d'articuler autre chose que simplement du divertissement. On a souvent tendance à voir les arts et la culture comme un à-côté superflu. Moi, je pense que c'est l'essentiel », explique Herménégilde Chiasson.

Le nouveau président de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB), Kevin Arseneau, est également très satisfait de cette nomination.

 Je pense que c'est une excellente nouvelle pour l'Acadie, pour les francophones hors Québec, pour le milieu des arts et de la culture. Je pense que René Cormier a la trempe de cet emploi. 

Kevin Arseneau, président SANB

La vice-présidente du comité sénatorial sur les langues officielles, la sénatrice néo-brunswickoise, Rose-May Poirier, se réjouit d'accueillir un nouveau collègue francophone au Sénat. « Pour la francophonie, c'est excellent. C'est un bon choix et une bonne nouvelle pour le Nouveau-Brunswick », déclare-t-elle.

La Fédération des francophones de Terre-Neuve et du Labrador (FFTNL) félicite aussi le nouveau sénateur acadien.

« M. Cormier a une longue expérience du milieu communautaire acadien, et connaît donc parfaitement la réalité et les défis de la vie en situation linguistique minoritaire. C'est définitivement une très bonne nouvelle pour l'Acadie tout entière, et pour la francophonie canadienne en général, que d'apprendre que nous aurons ainsi un tel allié sur la colline », affirme Cyrilda Poirier, présidente de la FFTNL.

La FFTNL ajoute toutefois que les minorités linguistiques du pays restent faiblement représentées au Sénat.

Déception en Nouvelle-Écosse

La Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE) accueille les nominations au Sénat avec des sentiments partagés.

« La Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse se réjouit de la nomination de René Cormier, président de la Société nationale de l'Acadie, au Sénat du Canada. Toutefois, la Fédération acadienne est extrêmement déçue de constater que pour la première fois depuis 1907, la communauté acadienne de la Nouvelle-Écosse n'aura aucun représentant à la plus haute chambre du pays », déclare Ghislain Boudreau, président de la FANE.

 La Fédération acadienne perçoit cette nouvelle comme un abandon des gouvernements envers un des peuples fondateurs du Canada. 

Ghislain Boudreau, président de la FANE

La présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA), Sylviane Lanthier, dit comprendre le point de vue exprimé par la FANE. « Nous sommes un peu déçus de ne pas voir un nouveau sénateur ou une nouvelle sénatrice de la communauté acadienne de cette province, qui n'est plus représentée à la Chambre haute depuis le départ du sénateur Gérald Comeau », a rappelé Mme Lanthier. La présidente a cependant souligné qu'avec René Cormier, « l'Acadie et l'ensemble de nos communautés gagnent un ambassadeur de taille. Je sais qu'il remplira ses fonctions avec la passion de la francophonie qu'on lui connaît. »

Autres nominations en Atlantique

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé au total la nomination de neuf personnes au Sénat, dont cinq qui sont des provinces de l'Atlantique. Outre M. Cormier, Nancy Hartling, Diane Griffin, Wanda Thomas Bernard et Daniel Christmas siégeront à la Chambre haute. 

Nancy Hartling, du Nouveau-Brunswick, est fondatrice d'un organisme d'appui et d'un complexe de logements à prix abordable pour parents célibataires. Elle a aussi été coprésidente du Groupe de travail de la ministre sur la violence faite aux femmes.

Diane Griffin, de l'Île-du-Prince-Édouard, est une ancienne sous-ministre aux ressources environnementales et récipiendaire de l'Ordre de l'Île-du-Prince-Édouard. Elle siège présentement au conseil municipal de Stratford.

Diane GriffinDiane Griffin, conseillère municipale de Stratford à l’Île-du-Prince-Édouard, fait partie des nouvelles nominations au Sénat. Photo : CBC

Wanda Thomas Bernard, de la Nouvelle-Écosse, est travailleuse sociale et éducatrice. Elle a été la première Noire comme professeure à l'Université Dalhousie. Elle fait partie des fondateurs de l'association des travailleurs sociaux noirs. Elle est présidente du Comité consultatif de la Nouvelle-Écosse sur le statut de la femme.

Daniel Christmas, de la Nouvelle-Écosse, est membre du conseil de la communauté autochtone de Membertou. Il a joué un rôle clé dans la remise sur pied de sa communauté qui était auparavant au bord de la faillite. Il a aussi été directeur des services consultatifs de l'Union des Indiens de la Nouvelle-Écosse.

Avec les informations de La Presse canadienne

Acadie

Politique fédérale