•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections Yukon 2016 : portrait des chefs

Radio-Canada

Les Yukonnais choisiront leur prochain gouvernement le 7 novembre. Pour faire connaissance avec les chefs et leur parti, voici un résumé des parcours professionnels et personnels des candidats.


Darrell Pasloski, chef du Parti du Yukon

Darrell Pasloski est le premier ministre actuel du territoire, le chef du Parti du Yukon, le ministre responsable du Conseil exécutif et le ministre des Finances. Son parti est au pouvoir depuis 2002.

Date et lieu de naissance

  • 2 décembre 1960 à Saint-Boniface, au Manitoba


Formation

  • Diplôme en pharmacie de l'Université de la Saskatchewan en 1982


Statut personnel

  • Marié, père de quatre enfants
  • Habite à Whitehorse avec sa famille depuis 1991

M. Pasloski a commencé sa carrière politique en se présentant comme candidat du Parti conservateur lors de l'élection fédérale de 2008. Il était pharmacien et propriétaire de deux pharmacies de Whitehorse avant de se lancer en politique.

Le député libéral sortant Larry Bagnell a remporté la course en 2008 avec 45 % des voix contre 33 % pour M. Pasloski.

Un an et demi plus tard, M. Pasloski s'est présenté contre deux autres candidats lors de la course à la direction du Parti du Yukon, après que le premier ministre et chef du Parti du Yukon, Dennis Fentie, eut annoncé sa retraite.

Il a été élu chef du Parti du Yukon par les membres du Parti le 28 mai 2011. M. Pasloski a ensuite été assermenté comme premier ministre du territoire, le 11 juin 2011.

Campagne électorale 2016

Le 7 octobre, le chef du Parti du Yukon a lancé la campagne électorale à Whitehorse, briguant ainsi un quatrième mandat consécutif.

Lors de l'annonce, M. Pasloski a mis l'accent sur l'idée de poursuivre une « gestion fiscale prudente » dans le territoire. Il a promis de ne pas augmenter les impôts et s'est opposé à une taxe sur le carbone.

Selon lui, celle-ci ferait grimper le prix de la nourriture au Yukon, car presque toute la nourriture vendue dans le territoire y est transportée par camion depuis très loin.

« Je promets de me battre bec et ongles contre la taxe sur le carbone », a-t-il affirmé.


Liz Hanson, chef du NPD du Yukon

Elizabeth (Liz) Hanson est à la tête du Nouveau Parti démocratique du Yukon depuis septembre 2009. Élue députée à l'Assemblée législative du Yukon pour la première fois aux élections partielles du 13 décembre 2010, dans la circonscription de Whitehorse Centre, elle a été réélue aux élections générales du 11 octobre 2011.

Date et lieu de naissance

  • Née en 1951, à Edmonton, en Alberta


Formation

  • Diplôme en sciences politiques et en travail social à l'Université de Calgary


Statut personnel

  • Mariée à Doug Mowat, mère de deux enfants adultes ayant grandi au Yukon

Mme Hanson a commencé sa carrière en tant que travailleuse sociale. Au Yukon, elle a travaillé pour le ministère des Affaires indiennes et inuites. Après avoir occupé divers emplois en Colombie-Britannique et à Ottawa, elle revient à Whitehorse, en 1989. En tant que fonctionnaire du gouvernement fédéral, elle participe aux négociations qui ont mené aux ententes sur les revendications territoriales et l'autonomie gouvernementale de 11 Premières Nations du Yukon. Elle a aussi présidé le Conseil fédéral du Yukon. En 2007, elle quitte un poste de directrice régionale au ministère des Affaires indiennes et du Nord du Canada, qu'elle occupait depuis 2003.

Depuis, elle s'implique activement au sein du Nouveau Parti démocratique. Elle a été élue chef par acclamation le 26 septembre 2009.

Selon Liz Hanson, le territoire peut devenir un « chef de file dans le secteur des énergies renouvelables ». Les néo-démocrates croient que la taxe sur le carbone adoptée par Ottawa permettrait d'accroître un nouveau fond d'investissement vert de 50 millions de dollars, soit 10 millions par année pendant 5 ans.

Le Nouveau Parti démocratique est l'opposition officielle au Yukon avec 6 des 19 sièges de l'Assemblée législative. Créé en 1978, le NPD du Yukon a formé trois fois le gouvernement du territoire.


Sandy Silver, chef du Parti libéral du Yukon

Sandy Silver est député à l'Assemblée législative du Yukon depuis les dernières élections générales, en 2011. Chef du troisième parti, et seul élu libéral encore en poste, il a été le critique libéral pour tous les ministères. 

Date et lieu de naissance

  • Le 15 octobre 1969, à Antigonish, en Nouvelle-Écosse


Formation

  • Diplômes en mathématiques et en psychologie de l'Université St Francis Xavier, baccalauréat en éducation de l'Université du Maine


Statut personnel

  • Vit à Dawson depuis 1998

Avant d'être élu à l'Assemblée législative, M. Silver a enseigné les mathématiques au niveau secondaire à l'École Robert-Service. Il a été président du festival de musique de Dawson et a travaillé bénévolement pour un grand nombre d'organismes locaux. Il est aussi tuteur, entraîneur de basketball et de badminton et professeur de musique.

Il a repris la barre du Parti libéral après le départ de son chef, Arthur Mitchell, en 2011. Défait dans la circonscription de Copperbelt Nord qu'il représentait depuis 2005, ce dernier a annoncé sa démission devant des militants déçus de sa performance et de celle du Parti.

Aux élections générales de 2011, le Parti libéral perd son statut d'opposition officielle. Seuls deux candidats libéraux sont élus, Sandy Silver, dans la circonscription de Klondike, et Darius Elias, dans Vuntut Gwitchin, qui quittera le Parti en 2012 pour siéger comme indépendant et qui rejoindra les rangs du Parti du Yukon en 2013.

Lors de cette élection, le Parti présente des candidats dans toutes les circonscriptions et a dévoilé sa plateforme électorale le 25 octobre. Les libéraux croient qu'il faut encourager les entreprises yukonnaises par le biais du processus d'approvisionnement du gouvernement. La première promesse du Parti a par ailleurs été celle d'éliminer la taxe sur les petites entreprises, la plus élevée, selon les libéraux, à l'ouest de la Nouvelle-Écosse.


Frank De Jong, chef intérimaire du Parti Vert du Yukon

Frank de Jong est le chef par intérim du Parti vert du Yukon depuis le départ de Kristina Caljoun, en août dernier. Frank de Jong s'était présenté aux élections fédérales de 2015 sous la bannière du Parti vert du Canada.

Date et lieu de naissance

  • Le 16 octobre 1955 dans le West Luther Township, au nord-ouest d'Arthur, en Ontario


Formation

  • Diplôme en arts de l'Université Western Ontario (1978) et diplôme en éducation de l'Université d'Ottawa (1979)


Statut personnel

  • En couple avec Tove Christensen

Originaire de l'Ontario, Frank de Jong a été élu comme premier chef du Parti vert de cette province en 1993. Il a occupé cette fonction jusqu'en novembre 2009. Il s'impliquait au sein du Parti vert de l'Ontario depuis 1987.

Lors de l'élection partielle du district de Parkdale-High Park (en Ontario) en septembre 2006, Frank de Jong a reçu 6,2 % des voix. Le 7 novembre 2006, il a été nommé comme le candidat du Parti vert de l'Ontario dans la circonscription de Davenport pour les élections générales de 2007. Lors de cette élection, il a recueilli 10,26 % des voix, son meilleur résultat en tant que membre du Parti vert.

Après ses études, Frank de Jong a travaillé comme professeur d'école primaire. Il s'est intéressé aux questions environnementales au milieu des années 1980. Il s'est notamment impliqué dans des campagnes pour sauver les forêts anciennes de l'Ontario. Frank de Jong a milité pour le développement d'énergies renouvelables, dans les mouvements antinucléaire et pro-choix. Il réside maintenant à Faro, au Yukon, avec Tove Christensen.

Frank de Jong est établi dans le territoire yukonnais depuis environ un an et demi. Il est professeur dans l'école primaire Del Van Gorder, à Faro.

Le Parti vert du Yukon ne présente des candidats que dans cinq circonscriptions.

« Je vais soutenir les nouvelles entreprises vertes et travailler avec la nation Kaska pour qu'elle atteigne une autonomie gouvernementale, en plus de mettre en place un système de transport public territorial », soutient Frank de Jong

Consultez la section spéciale Élections Yukon 2016

Colombie-Britannique et Yukon

Politique