•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'attaque d'une école de police fait au moins 59 morts au Pakistan

Le récit de Frédéric Nicoloff
Reuters

Au moins 59 personnes ont été tuées et 117 autres, blessées dans une attaque menée lundi soir par un groupe armé sur une école de police à Quetta, dans le sud-ouest du Pakistan, ont annoncé mardi des responsables du gouvernement.

Environ 200 nouvelles recrues occupaient le centre de formation, ont précisé les autorités, et plusieurs d'entre elles ont été prises en otages. La plupart des victimes étaient des élèves policiers.

Mir Sarfaraz Bugti, ministre de l'Intérieur de la province du Baloutchistan, dont Quetta est le chef-lieu, a confirmé aux premières heures de mardi que cinq ou six individus armés avaient attaqué le centre. « Parmi les blessés figure un capitaine de l'armée », a-t-il ajouté.

L'attaque a fait l'objet de deux revendications distinctes, la première de la faction de Karachi des talibans pakistanais (TTP) et la seconde du groupe armé État islamique, par la voix de son agence de propagande Amaq. (Avec AFP)

La police, l'armée et des forces spéciales sont arrivées devant le centre vingt minutes après le début de l'attaque et ont lancé une opération qui a duré près de cinq heures, a annoncé le ministre de l'Intérieur de la province.

À 4 h, heure locale, mardi (23 h UTC), les opérations avaient pris fin, a-t-il dit à la presse.

Un photographe de Reuters présent sur place rapporte avoir vu les autorités transporter la dépouille d'un adolescent identifié par ces dernières comme l'un des agresseurs et abattu.

L'attaque semble avoir été coordonnée avec soin, les agresseurs ont ouvert le feu depuis cinq points différents. Ils sont ensuite entrés dans une résidence où de 200 à 250 nouvelles recrues étaient en train de se reposer ou de dormir, ont ajouté les autorités.

L'école de police, qui s'étend sur environ un demi-hectare, est située à 13 kilomètres de la ville de Quetta.

En août, un attentat-suicide revendiqué par le groupe armé État islamique (EI) et le groupe Jamaat-ur-Ahrar, branche pakistanaise des talibans, avait fait 74 morts et plus de 100 blessés dans un hôpital de Quetta.

La ville est considérée comme un bastion des talibans afghans dans la région.

International