•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin de mandat doux-amer pour Mary Ellen Turpel-Lafond

Mary Ellen Turpel-Lafond, représentante de l'enfance et de la jeunesse de la Colombie-Britannique en octobre 2016
Mary Ellen Turpel-Lafond, représentante de l'enfance et de la jeunesse de la Colombie-Britannique Photo: CBC
Radio-Canada

Mary Ellen Turpel-Lafond termine lundi sa dixième année au poste de représentante de l'enfance et de la jeunesse de la Colombie-Britannique. Au cours de ses années dans ce poste, Mary Ellen Turpel-Lafond a souvent été très critique à l'égard du gouvernement. À l'heure des bilans, elle souligne que le gouvernement a souvent bougé lentement et qu'il l'a dans certains cas contre-attaquée.

« Parfois, je sentais qu'il y avait un esprit de vengeance à mon égard », a-t-elle soutenu dans une entrevue de fin de mandat. « En même temps, je ne pouvais pas être distraite par les jeux de coulisse à Victoria, je devais rester concentrée sur les enfants et c'est ce que j'ai fait. C'est un poste essentiel, le travail doit être fait d'une manière non politique », ajoute-t-elle. « Même au moment où il me traitait comme un membre de l'opposition et qu'il me ciblait de manière intentionnelle pour me déstabiliser dans mon travail », enchaîne-t-elle.

Le poste de représentant de l'enfance et de la jeunesse peut être occupé par la même personne pour un maximum de dix ans. Aucun successeur n'a encore été nommé pour remplacer Mary Ellen Turpel-Lafond. « Le hiatus cause beaucoup de stress et d'anxiété pour plusieurs personnes dont les cas nécessitent une attention urgente », laisse-t-elle tomber.

Moins d'enfants sous la tutelle de l'État qu'à ses débuts

Un des accomplissements dont est le plus fière Mary Ellen Turpel-Lafond est le fait que moins d'enfants se trouvent maintenant sous la garde de l'État que lorsqu'elle a obtenu le poste il y a 10 ans. À ses débuts, 11 000 jeunes se trouvaient sous la tutelle de l'État alors que 7000 le sont maintenant.

La représentante à l'enfance pense que ce nombre serait encore plus bas si la ministre des Enfants et du Développement de la famille Stephanie Cadieux avait augmenté le salaire des travailleurs qui s'occupent de cette clientèle. « J'aurais aimé qu'elle apporte un plus grand esprit de changement. Je pense qu'elle a été très lente sur les améliorations », lance-t-elle.

Le ministère a de son côté décliné une demande d'entrevue au sujet de la fin du mandat de la représentante de l'enfance et de la jeunesse.

D'après les informations de Richard Zussman

Colombie-Britannique et Yukon

Politique