•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La production d'opium difficile à freiner en Afghanistan

Un fermier afghan cueille des graines de pavot.

Photo : AFP / Noorullah Shirzada

Reuters

La culture du pavot en Afghanistan, premier producteur d'héroïne du monde, a atteint cette année son niveau le plus élevé pour la troisième fois depuis 20 ans, a annoncé dimanche l'ONU au moment où l'insécurité s'étend dans le pays.

Dans son rapport annuel, l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) estime que la surface cultivée a augmenté d'environ 10 % par rapport à 2015 pour couvrir 201 000 hectares.

« L'enquête met en lumière une inversion préoccupante des efforts pour combattre le problème persistant des drogues illégales et leurs effets sur le développement, la santé et la sécurité », souligne le directeur exécutif de l'ONUDC, Youri Fedotov, dans un communiqué.

Le recul des forces gouvernementales dans de nombreuses régions sous les attaques incessantes des taliban a entraîné l'effondrement des programmes d'éradication de la culture du pavot mis en place après l'invasion de l'Afghanistan par les forces américaines en 2001.

« L'éradication est tombée abruptement à 355 hectares, soit une chute de 91 % », relève Youri Fedotov.

L'opium s'étend parallèlement dans tout le pays, puisque sur les 34 provinces, 21 en cultivent, soit 1 de plus que l'année précédente.

Le rapport de l'ONUDC note en outre une forte augmentation des rendements cette année, estimée à plus de 30 %, ce qui pourrait faire de 2016 l'une des sept années de production les plus importantes de l'histoire du pays, en hausse de 43 % par rapport à 2015.

L'agence de l'ONU précise toutefois que les estimations des récoltes sont moins fiables que celles de la surface cultivée.

International