•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lancement d'un mouvement québécois contre les violences sexuelles

Entrevue avec la ministre de l'Enseignement supérieur, Hélène David

Un nouveau mouvement, appelé Québec contre les violences sexuelles, a été lancé vendredi par un groupe d'étudiantes de l'Université de Sherbrooke. Il demande au gouvernement Couillard de légiférer et de fournir les ressources financières nécessaires pour les intervenants contre les agressions sexuelles.

Le groupe réclame notamment l'adoption d'une loi-cadre obligeant tous les établissements postsecondaires à se doter de politiques qui encadreraient les plaintes pour agression sexuelle.

Ariane Litalien, qui dit avoir été victime d'agression sexuelle au campus de Harvard en 2013, note qu'à la différence du Québec, les États-Unis ont une législation en la matière, même si, de son propre aveu, une loi ne suffit pas.

« La direction [de l'Université Havard] a failli à la tâche à d'autres égards », dit-elle, car elle l'a « découragée de déposer une plainte formelle », tout en lui signifiant qu'elle ne pouvait déplacer son agresseur dans une autre résidence que la sienne, si elle ne portait pas plainte.

La jeune fille a dû porter plainte auprès du département de l'Éducation. Le fait d'avoir obtenu gain de cause l'a aidée dans sa guérison, reconnaît-elle.

Prévention, éducation et financement

Outre une loi-cadre, Québec contre les violences sexuelles exige un « financement approprié » pour tous les organismes qui luttent contre les violences sexuelles et qui ont subi récemment les contrecoups de la rigueur budgétaire.

Le mouvement réclame aussi qu'une formation sur la violence sexuelle soit dispensée à « tous les élus de l'Assemblée nationale », car « la sensibilisation doit être à tous les niveaux de la société ».

Présente au lancement du groupe, Mélanie Sarroino, du Regroupement québécois des centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS), a insisté sur la prévention et l'éducation, tout en prônant le retour des cours d'éducation sexuelle.

Il est grand temps de remettre ces cours dans les écoles, et je crois qu'il est grand temps de faire appel aux experts qui œuvrent dans le domaine depuis plusieurs années pour donner ces cours, autant sur la sexualité que sur les relations égalitaires et la prévention des agressions sexuelles.

Mélanie Sarroino, du RQCALACS

Mélanie Sarroino plaide pour la mise en place d'une « stratégie globale » et presse le gouvernement d'agir dans ce dossier. « On l'attend depuis trois ans », rappelle-t-elle.

Sarah Martinet, directrice générale du CIVAS Estrie-MontérégieSarah Martinet, directrice générale du CIVAS Estrie-Montérégie

Le manque de financement des organismes intervenant dans le domaine a été parfaitement illustré par le témoignage de Sarah Martinet, directrice générale du Centre d'intervention en violence et agressions sexuelles (CIVAS) de l'Estrie-Montérégie.

Tout en saluant l'arrivée d'une « ère nouvelle », elle insiste sur l'importance d'intervenir auprès des agresseurs sexuels, mais déplore le peu de ressources consacrées à cette fin. Il y en a seulement 13, dont 11 relevant du communautaire, au Québec, d'après elle. « Ces 11 ressources-là ont peine à répondre à la demande. On déborde! »

Actuellement, juste dans nos ressources pour le CIVAS Estrie-Montérégie, nous avons jusqu'à trois ans de liste d'attente. Donc, demain matin, vous venez me demander du soutien, vous venez me demander un cheminement thérapeutique, je ne peux pas y répondre avant trois ans.

Sarah Martinet, directrice générale du CIVAS Estrie-Montérégie

Les hommes aussi sont victimes d'agressions sexuelles

Alexandre Tremblay-Roy est venu briser un tabou, celui des hommes agressés sexuellement. Responsable de l'organisme Soutien aux hommes agressés sexuellement durant l'enfance (SHASE), en Estrie, il avance qu' « 1 homme sur 6 au Québec en est victime, donc 650 000 hommes dans la province ».

Mais en dépit de « l'ampleur de la problématique », il existe seulement deux organismes pour venir en aide à cette catégorie de victimes, l'un à Montréal et l'autre à Sherbrooke, souligne Alexandre Tremblay-Roy.

Comme les autres intervenants, il milite pour un « financement récurrent aux organismes qui viennent en aide aux victimes masculines » et espère que les agressions sexuelles seront reconnues comme une « problématique de santé publique ».

Québec solidaire craint les effets de l'austérité libérale

Également présente au lancement du nouveau mouvement, Françoise David, députée de Gouin et porte-parole parlementaire de Québec solidaire, estime que « la sécurité des femmes ne doit pas faire les frais de l'austérité libérale ».

L'inaction gouvernementale dans ce dossier fait en sorte que des femmes continuent de craindre de dénoncer et ne savent pas vers quelles ressources se tourner.

Françoise David, porte-parole parlementaire de Québec solidaire

Elle réitère elle aussi l'importance d'une politique gouvernementale « urgente, avec un financement adéquat pour les organismes qui font de la prévention et de la sensibilisation en matière d'agressions sexuelles et qui s'occupent du soutien aux victimes ».

Société