•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres gènes associés à la schizophrénie

Un homme flou

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des dizaines de nouveaux gènes et deux voies biologiques qui seraient associées à l'apparition de la schizophrénie ont été identifiés par des chercheurs américains.

Un texte d'Alain LabelleTwitterCourriel

Pour y arriver, le Dr Daniel Geschwind et ses collègues de l'Université de la Californie à Los Angeles ont eu recours à une technologie récemment mise au point pour analyser l'ADN.

Leurs travaux publiés dans la revue Nature (Nouvelle fenêtre) permettent de mieux comprendre l'apparition de la maladie, mais surtout de trouver de nouvelles pistes de recherche.

La schizophrénie est une maladie chronique du cerveau qui affecte la pensée, les sentiments et les émotions. Ses symptômes incluent les hallucinations et le délire. Elle frappe une personne sur cent et survient à la fin de l'adolescence ou au début de la vie adulte.

Plusieurs études ont déjà confirmé un lien génétique. Elle peut toutefois survenir même s'il n'existe aucun cas connu dans la famille, puisque des facteurs neurologiques (déséquilibre dans le transport de la dopamine) et socio-environnementaux (stress, événements traumatisants et drogues) peuvent aussi déclencher la maladie.

Les causes de la schizophrénie restent mal comprises. Si les médicaments réussissent à contrôler ses symptômes, il n'existe aucune façon de la guérir.

En 2014, une autre étude publiée dans Nature (Nouvelle fenêtre) avait permis d'identifier 83 régions contenant des variations génétiques dans l'ADN des personnes atteintes de schizophrénie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !