•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'idée du salaire minimum à 15 $ suscite espoir et peur au Nouveau-Brunswick

Louis-Philippe Gauthier et Jean-Claude Basque

Louis-Philippe Gauthier et Jean-Claude Basque

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'idée d'établir le salaire minimum à 15 $, qui fait l'objet de débats à plusieurs endroits en Amérique du Nord, est jugée au Nouveau-Brunswick comme étant bonne par les uns et mauvaise par les autres.

Le salaire minimum au Nouveau-Brunswick s'élève à 10,65 $ l'heure. Le Front commun pour la justice sociale milite pour une hausse progressive.

« Nous, on demande qu'il y ait des augmentations dans les cinq prochaines années pour arriver à un salaire minimum de 15 $ l'heure », a précisé Jean-Claude Basque, du Front commun pour la justice sociale, en entrevue à l'émission Le réveil Nouveau-Brunswick, d'ICI Acadie.

Selon Louis-Philippe Gauthier, de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, une pareille hausse nuirait à l'économie provinciale.

« Les entreprises, si on augmente à 15 $ l'heure, vont diminuer le nombre d'heures de travail, refiler la facture aux consommateurs et diminuer leur nombre d'emplois », prédit Louis-Philippe Gauthier.

Nous, on évalue l'impact d'une augmentation soudaine du salaire minimum au Nouveau-Brunswick [...] entre 1900 et 7000 emplois perdus [...] Si on parle d'une augmentation seulement de 10 % d'un coup, ça aurait cet effet-là.

Une citation de :Louis-Philippe Gauthier, Fédération canadienne de l'entreprise indépendante

Jean-Claude Basque n'en est pas convaincu. « Durant les huit à neuf dernières années, il y a eu à peu près sept augmentations du salaire minimum. Moi, j'ai regardé les chiffres de Statistique Canada. Il n'y a pas eu réduction énorme dans les emplois », dit-il.

M. Basque ajoute que si les travailleurs gagnent plus, ils dépensent plus dans leur collectivité, ce qui fait rouler l'économie.

Louis-Philippe Gauthier estime qu'il est préférable d'accorder de nouveaux allègements fiscaux aux gens à faibles revenus que d'imposer aux entreprises une hausse importante du salaire minimum.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie