•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une blague d’Éric Salvail indigne les Premières Nations

Éric Salvail
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une blague de l'animateur Éric Salvail, faite à son émission En mode Salvail et reprise sur Twitter, n'a pas fait rire les Premières Nations.

Un texte d'Evelyne CôtéTwitterCourriel

Éric Salvail a comparé mardi soir la ménopause à l'absence de règles sur les « réserves indiennes ».

Le gazouillis d'Éric Salvail fait mardi a suscité plusieurs réactionsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le gazouillis d'Éric Salvail fait mardi a suscité plusieurs réactions

Photo : Facebook/Festival Innu Nikamu

Le message d'Éric Salvail a été retiré par la suite du compte d'En mode Salvail. L'animateur a refusé de commenter le sujet. 

Une blague qui dérange

Dans un communiqué, le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL), Ghislain Picard, dénonce publiquement cette sortie qui, selon lui, « entretient des préjugés négatifs » à l'égard des Autochtones.

« Insinuer que nos communautés vivent dans l'anarchie et sans règles est déplorable. »

— Une citation de  Ghislain Picard, chef de l'APNQL
Le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard.

Ghislain Picard encourage Éric Salvail à utiliser « sa notoriété pour favoriser la compréhension entre les peuples, plutôt que d'ajouter à l'intolérance ».

« Une manière de nous intégrer, c'est une manière de faire rire de soi, mais de façon intelligente. Ça, je pense que ça se peut. Mais dans le cas d'aujourd'hui, c'est peut-être questionnable, sorti de nulle part comme ça, quand on connaît la situation. Ce n'est peut-être pas le bon moment », a déclaré quant à lui l'auteur-compositeur innu Florent Vollant.

De son côté, le Festival Innu Nikamu, qui organise depuis 32 ans un festival de musique autochtone dans la communauté innue de Maliotenam, sur la Côte-Nord, estime que ce n'est « certainement pas le tweet de l'année ».

Les organisateurs proposent à Éric Salvail de venir animer gratuitement l'une de ses soirées l'été prochain, en échange de leur pardon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec