•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nutrinor accélère son développement

Nutrinor

Affiche de Nutrinor

Radio-Canada

Nutrinor met le pied sur l'accélérateur pour doubler son chiffre d'affaires et ses bénéfices d'ici cinq ans. La coopérative régionale compte invertir 65 millions de dollars en trois ans, un rythme beaucoup plus rapide qu'auparavant.

Plus concrètement, son objectif est de faire passer ses bénéfices annuels de 6 à 12 millions de dollars d'ici 2021 en misant sur des produits à forte valeur ajoutée.

Cercle de presseAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président et le directeur de Nutrinor, Jean Lavoie et Yves Girard, avec le président du Cercle de presse, Denis Villeneuve.

Photo : Radio-Canada

Le directeur Yves Girard a fait le point mercredi matin lors du Cercle de presse du Saguenay.

Après des années de vaches maigres, M. Girard parle d'augmenter la transformation de lait au Saguenay-Lac-Saint-Jean, de même que la production de charcuterie et de produits fins.

Nous, on n'a pas les capacités financières de Saputo, Parmalat puis Agropur. Donc, notre façon de se démarquer, c'est de se différencier sur les marchés.

Yves Girard, directeur de Nutrinor

Nutrinor en chiffres :

  • Chiffres d'affaires 2016 : 345 M$
  • Actifs : 100 M$
  • Bénéfices 2016 : 7,6 M$
  • Nombre d'employés: 600

Dans le secteur des produits pétroliers, Nutrinor veut rénover les stations-service Sonic et accroître les ventes de M & M propane. Le directeur parle même d'un possible regroupement avec un partenaire majeur.

Nutrinor possède aussi quatre quincailleries, en plus d'être membre de la Coopérative fédérée, à qui appartient la chaîne BMR. Pour Yves Girard, il s'agit d'un marché saturé difficile à rentabiliser.

On va travailler avec la Coopérative fédérée pour voir s'il n'y a pas de possibilité dans la région pour faire une consolidation dans ce secteur.

Yves Girard, directeur de Nutrinor

Nutrinor ne veut pas fermer de quincaillerie, mais demeure flou quant à la possibilité de fusionner des activités avec BMR.

D'après le reportage de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Agro-industrie