•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cimenterie à L'Orignal : un projet qui dérange

Près de 400 personnes se sont présentées à L'Orignal, pour discuter du projet de cimentrie.

Près de 400 personnes se sont présentées à L'Orignal, pour discuter du projet de cimentrie.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Près de 400 personnes ont assisté, lundi soir, à une rencontre des plus importantes pour le village de L'Orignal.

La population était invitée à se prononcer sur le projet de cimenterie que la compagnie Colacem veut construire à l'ouest du village dans le cadre d'un examen public.

Le projet soulève tellement les passions, que 80 personnes n'ont pas pu se présenter à la rencontre puisque la salle était pleine.

Colacem Canada veut construire une cimenterie, un projet évalué à plus de 225 millions de dollars.

Mais pour aller de l'avant, le cimentier doit, dans un premier temps, obtenir le feu vert de deux autorités approbatrices, soit les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) - le gouvernement régional - et le Canton de Champlain - la Municipalité.

Colacem veut construire sa nouvelle cimenterie sur un terrain voisin de la carrière de M.Vinet à L'Orignal.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Colacem veut construire sa nouvelle cimenterie sur un terrain voisin de la carrière de M.Vinet à L'Orignal.

Photo : Radio-Canada / Denis Babin

Denis Vinet, membre du regroupement Action Champlain, s'oppose bec et ongles au projet. Ses terres se trouvent à moins d'un kilomètre à l'est du terrain où Colacem projette de construire son usine.

Deux aspects du projet l'interpellent tout particulièrement, soit l'augmentation du trafic lourd sur la route de comté 17 et les rejets émis par la nouvelle usine dans l'atmosphère.

« Le transport du produit par les camions, l'extraction du produit et le traitement du produit, c'est le dégagement dans l'atmosphère de produits qui vont à l'encontre de notre production », soutient M. Vinet

Les citoyens désireux de soumettre des commentaires ont jusqu'au 31 octobre pour le faire.

« On va prendre en note tous les commentaires, les inquiétudes des gens et on va faire un rapport au conseil », explique le directeur du département d'urbanisme et de foresterie des CUPR, Louis Prévost. « On va présenter des recommandations aux Comtés unis et au Canton de Champlain pour qu'une décision finale soit prise par les deux entités. »

Ces recommandations doivent être déposées, en principe, au mois de novembre.

Selon le reportage de Denis Babin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !