•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Services en français au Manitoba : plus de plaintes et moins d'effectifs

    drapeau franco-manitobain
    Photo: ICI Radio-canada
    Radio-Canada

    Le Secrétariat aux affaires francophones du Manitoba est forcé de répondre à plus de plaintes avec des effectifs réduits, selon un document obtenu grâce à une demande d'accès à l'information.

    Un texte de Christianne HacaultTwitterCourriel

    Selon le cahier de transition préparé pour la ministre responsable des Affaires francophones Rochelle Squires au printemps 2016, le Secrétariat reçoit de plus en plus de plaintes du public concernant le non-respect des obligations linguistiques.

    « Lorsque les ministères et les sociétés d'État modifient des programmes - soit en les élargissant ou en les réduisant - l'impact de leurs décisions sur leur capacité de respecter la politique sur les services en langue française n'est pas toujours pris en considération », expliquent les auteurs du document, en ajoutant que les ministères et sociétés d'État ont la responsabilité de publier les versions française et anglaise des documents publics simultanément.

    Selon des données fournies par le Secrétariat, la province a enregistré un nombre record de plaintes en 2015-16. En date du 18 octobre, le Secrétariat avait déjà enregistré 10 plaintes pour l'année en cours.

    Postes vacants

    Le document de transition indique aussi que le Secrétariat aux affaires francophones est forcé de laisser certains postes vacants afin de respecter son budget salarial. « Nous avons été en mesure de respecter notre cible [budgétaire] grâce à un congé de maladie prolongé et à un congé de maternité. Lorsque ces employés seront de retour au travail, cela exercera une pression accrue sur le budget salarial. »

    À l'heure actuelle, 8 des 17 postes au Secrétariat sont vacants.

    Situation « troublante »

    En entrevue avec Radio-Canada, la ministre Rochelle Squires avoue que « certains problèmes soulevés dans le cahier de transition sont très troublants ».

    Rochelle Squires, ministre responsable des Affaires francophones du ManitobaRochelle Squires, ministre responsable des Affaires francophones du Manitoba Photo : Radio-Canada

    « J'étais très étonnée de voir le taux de vacance que j'ai hérité [de l'ancien gouvernement] NPD et nous cherchons un moyen de renforcer les effectifs dans ce domaine », déclare la ministre.

    Elle rappelle toutefois que son équipe a fait de nombreux progrès depuis son entrée en poste, notamment avec l'adoption de la Loi 5 sur l'appui à l'épanouissement de la francophonie manitobaine en juin dernier.

    Nous avons établi la semaine dernière le Conseil consultatif des affaires francophones - un comité qui nous sera indispensable. J'ai hâte qu'ils se réunissent et qu'ils commencent à présenter au gouvernement leurs plans pour passer à la prochaine étape.

    Rochelle Squires, ministre responsable des Affaires francophones

    La ministre Squires dit qu'elle sera bientôt en mesure d'annoncer le nom de la personne qui remplacera Mélanie Cwikla à la direction du Secrétariat aux affaires francophones. Cette dernière a accepté un poste à l'Université de Saint-Boniface en juin.

    Contraintes budgétaires en cause, dit l'ancien premier ministre

    Le député de Saint-Boniface et ancien ministre responsable des Affaires francophones Greg Selinger explique que le Secrétariat aux affaires francophones n'était pas le seul organisme gouvernemental à faire face à ce type de pression financière quand il était en poste. « À travers le gouvernement, il y a la nécessité de respecter l'enveloppe du budget et en même temps d'être créatif dans l'offre de services de façon active. »

    Greg Selinger, député de Saint-BonifaceGreg Selinger, député de Saint-Boniface Photo : Radio-Canada

    L'ancien premier ministre dit qu'il a eu des discussions avec le gouvernement fédéral sur le budget accordé par Ottawa au Secrétariat aux affaires francophones. La somme octroyée annuellement en vertu de l'Entente Canada-Manitoba pour les services en français est gelée depuis 2007.

    « Nous avons cherché de la flexibilité à l'intérieur de notre budget et nous avons continué de travailler sur la possibilité d'avoir plus de ressources, dit Greg Selinger. Avec le nouveau gouvernement fédéral, il y a plus d'espoir pour faire plus de choses, mais le gouvernement provincial doit être à la table aussi avec ses ressources, et la capacité d'augmenter ce qu'ils offrent aussi. »

    Avec des informations de Camille Gris Roy.

    Manitoba

    Francophonie