•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Mon successeur devra gouverner un pays transformé par l'IA » (Barack Obama)

Un robot.
Les nanotechnologies et l'intelligence artificielle progressent à vive allure. Photo: Vladislav Ociacia/iStock
Martin Lessard

La Maison-Blanche dépose sa stratégie pour se préparer aux changements causés par les technologies utilisant l'intelligence artificielle (IA). Le pays sera transformé par l'IA, a dit hier Barack Obama, et les gens ont besoin de savoir comment.

Si vous cherchiez un exemple de gouvernement qui prend au sérieux sa responsabilité et veut anticiper les occasions et les conséquences des nouvelles technologies pour le bien-être d'une nation, regardez du côté de l'administration de Barack Obama.

Pas un, mais deux documents rendus publics

Le premier est un rapport intitulé Se préparer pour le futur de l'intelligence artificielle. Il offre un constat des avancées actuelles et des possibles applications de l'IA. Il énumère les effets sur la société et propose des recommandations pour que les politiciens améliorent le bien commun et protègent le public.

Le deuxième est un Plan stratégique national de recherche et développement en intelligence artificielle. Il propose une série d'orientations pour les recherches en IA financées par le gouvernement. Celles-ci devront maximiser les bénéfices pour la société tout en minimisant les effets négatifs.

Prendre l'IA par les cornes

En ne voulant rien laisser au hasard, ni au marché ou aux firmes étrangères, le gouvernement américain assume son leadership et prend acte des mutations technologiques en cours en se donnant des balises.

L'action politique est d'autant plus importante que, dans tout ce qui touche le numérique, une décision technologique prise aujourd'hui a des conséquences à long terme. On n'imagine pas, par exemple, Obama proposer une consultation publique dans le but de construire un éventuel plan stratégique numérique avant d'agir. En tant que dirigeant, il sait s'entourer de gens compétents et a déjà pris en compte tout ce qui s'est dit sur le sujet pour agir tout de suite.

null Photo : CBC

Le plan américain

Le premier rapport américain liste plusieurs domaines d'action. Voici les plus importants.

  • Gouvernement. Analyser les risques de l'IA et voir si les lois existantes les couvrent bien. Adapter ces dernières au besoin. La décision récente d'ouvrir les autoroutes aux voitures autonomes en est un bon exemple.
  • Éducation. Développer une force de travail compétente en IA. Augmenter la littératie des citoyens dans ce domaine pour qu'ils puissent comprendre et interpréter les futures décisions politiques, et y participer. Les programmes d'éducation promeuvent de plus en plus ces compétences.
  • Emploi. L'automatisation va entraîner de lourdes pertes d'emplois et augmenter les inégalités. Évaluer comment les politiques publiques peuvent assurer une redistribution le plus large possible des bénéfices économiques tirés de l'IA.
  • Sécurité. La menace d'une IA autonome associée à un système d'armement n'est plus une fiction. Une coopération internationale doit être en place s pour éviter tout danger.

Dans le deuxième document, le plan stratégique de la recherche repose sur sept priorités. Voici les trois principales.

  • Développer des méthodes efficaces pour la collaboration humain-machine. Au lieu de remplacer l'humain, voir comment optimiser la force des deux.
  • Comprendre et résoudre les questions éthiques, légales et sociétales de l'usage de l'IA. C'est à l'IA de se plier aux règles de la société humaine et non l'inverse.
  • Développer et rendre publiques les bases de données servant à entraîner les IA.

Ce dernier point peut paraître anodin. Les IA se développent à partir de jeux de données sur lesquelles elles basent leur connaissaissance du monde. Prévenir les biais induits par les données devient essentiel. Rendre publique les données utilisées pour instruire les IA est une façon de comprendre l'origine des biais. Deux cas récents :

  • Qui a gagné le concours de beauté dont une IA devait choisir la gagnante? Une femme blanche!
  • Qui écope le plus quand les juges utilisent l'IA pour évaluer la possibilité de récidive d'un détenu? Les Afro-Américains!

Pourquoi? Parce que les données utilisées pour instruire l'IA découlent pour le premier de critères issus des goûts d'une majorité blanche et pour le second de données policières qui surreprésentent les Afro-Américains.

C'est un problème très concret qui montre que l'IA doit être encadrée. Les Américains s'y attellent maintenant.

Techno