•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Boycottage du terme « Indians » : le public est partagé

Francisco Lindor et Roberto Perez des Indians
Francisco Lindor et Roberto Perez des Indians Photo: La Presse canadienne / David Dermer

Bon nombre de commentateurs sportifs se sont engagés à ne pas employer le terme « Indians » pendant la série de championnat de la Ligue américaine de baseball qui opposera l'équipe de Cleveland aux Blue Jays de Toronto.

Un texte de Natasha MacDonald-DupuisTwitterCourriel

Mardi, la commissaire ontarienne des droits de la personne avait mis tous les médias canadiens au défi de ne pas utiliser le terme « Indians » pour désigner l'équipe de baseball de Cleveland qui affrontera les Blue Jays de Toronto lors des séries éliminatoires.

Si le commentateur sportif Jerry Howarth refuse d'employer le terme depuis 25 ans, des dizaines de journalistes et de personnalités publiques lui ont emboîté le pas cette semaine, comme l'animateur de Blue Jays Central à Sportsnet, Jamie Campbell, et l'animateur de CBC Sports Scott Regehr.

CBC et Radio-Canada laissent le choix à leurs employés d'employer le terme ou non.

Les amateurs de baseball semblent quant à eux plus partagés sur la question.

Le nouveau PDG des Blue Jays, Mark Shapiro, a pour sa part confié que la mascotte de l'équipe, la caricature d'un membre des Premières Nations à la peau rouge avec un sourire grotesque, le « troublait profondément » lorsqu'il était le dirigeant de l'équipe de Cleveland.

Plusieurs politiciens, dont Kathleen Wynne, ont d'ailleurs tweeté le mot-clic #NotMyMascot pour exprimer leur désaccord par rapport au logo.

La compagnie Rogers Communications Inc., qui est propriétaire des Blue Jays, du réseau Sportsnet et de la station CHFI-FM, où travaille Jerry Howarth, a d'ailleurs confirmé qu'elle appuyait la position de son animateur.

Baseball

Sports