•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un conseiller municipal visé par une enquête de la commissaire à l'intégrité à Toronto

Le conseiller municipal Justin Di Ciano

Le conseiller municipal Justin Di Ciano

Photo : CBC

Radio-Canada

La commissaire à l'intégrité de Toronto a ouvert une enquête sur des allégations selon lesquelles le conseiller municipal Justin Di Ciano aurait tiré profit « financièrement et politiquement » de liens avec un promoteur immobilier, selon ce qu'a appris CBC.

L'enquête a été lancée à la suite de la plainte d'un résident.

Selon CBC, l'enquête porte entre autres sur des allégations selon lesquelles le promoteur Dunpar Homes aurait vendu une maison à M. Di Ciano moins cher qu'à ses voisins en 2009, alors qu'il était candidat aux élections municipales.

L'échevin d'Etobicoke-Lakeshore a payé 434 149 $ pour sa nouvelle maison en rangée selon le registre immobilier provincial, soit respectivement 32 000 $ et 66 000 $ de moins que ses voisins.

Le résident Malcolm Strachan allègue dans sa plainte auprès de la commissaire Valerie Jepson qu'il s'agit « d'un cadeau, en violation de l'article IV du Code de conduite [municipal] ».

Selon CBC, plusieurs dirigeants de la compagnie de construction avaient eux aussi acheté des maisons à rabais à l'époque.

Justin Di Ciano a été défait en 2010, avant d'être élu lors des élections suivantes en 2014.

Changements de zonage

CBC avait rapporté le printemps dernier que M. Di Ciano et un autre conseiller de l'ouest de la ville, Mark Grimes, s'étaient battus pour des changements de zonage favorables à Dunpar.

Lorsque le diffuseur public avait soulevé à l'époque la question de l'achat de sa propriété en 2009, M. Di Ciano avait répondu qu'il avait « payé ce qu'ils m'ont dit de payer ». Dans un courriel, son avocat avait ensuite menacé CBC d'une poursuite, ajoutant que M. Di Ciano avait dépensé « des dizaines de milliers de dollars » de plus que le prix d'achat pour de meilleures tuiles, notamment.

Autres allégations :

  • Lors du changement de zonage favorable à Dunpar en mai, M. Di Ciano poursuivait en diffamation l'homme d'affaires torontois Dean French, affirmant que ses allégations selon lesquelles il avait des liens avec le propriétaire de Dunpar John Zanini lui avaient fait perdre les élections de 2010.
  • En cour, a appris CBC, M. Di Ciano a refusé de dire si M. Zanini payait ses frais d'avocat, suivant les conseils de ce dernier
  • M. Di Ciano a abandonné soudainement sa poursuite contre M. French en juin dernier, après le reportage de CBC. Le conseiller n'a pas voulu commenter pourquoi.
  • Des employés de Dunpar, allègue Malcolm Strachan dans sa plainte auprès de la commissaire à l'intégrité, ont fait du porte-à-porte en faveur de M. Di Ciano lors des campagnes électorales de 2010 et de 2014.
  • Selon CBC, M. Di Ciano a séjourné à plusieurs reprises à la maison de vacances de M. Zanini en Arizona.

Aucune de ces allégations n'a été prouvée.

M. Di Ciano a refusé de commenter les dernières allégations. Il assure qu'il n'a pas violé le Code de conduite municipal.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Toronto

Politique municipale