•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suicides dans le nord de la Saskatchewan : « Nous sommes en état de choc »

Les communautés de La Ronge et Stanley Mission, à 300 kilomètres au nord de Prince Albert, sont en deuil après le suicide de trois filles en moins d'une semaine.

Les communautés de La Ronge et Stanley Mission, à 300 kilomètres au nord de Prince Albert, sont en deuil après le suicide de trois filles en moins d'une semaine.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les communautés de Stanley Mission et de La Ronge, dans le nord de la Saskatchewan, sont en deuil après le suicide de trois jeunes filles en moins d'une semaine, juste avant le long week-end de l'Action de grâces.

Un texte de Nahila BendaliTwitterCourriel

Les résidents de ces communautés sont en état de choc, souligne la chef de la Bande indienne de Lac La Ronge, Tammy Cook-Searson. Deux filles de Stanley Mission et une de La Ronge, âgées de 12 à 14 ans, se sont suicidées, précise-t-elle.

« Nous n'avons jamais rien vu d'une telle ampleur avant, explique Tammy Cook-Searson. Ça va prendre du temps pour guérir. »

Celle-ci mentionne également que 20 jeunes ont été reconnus à risque, et que certains ont été envoyés à Prince Albert pour recevoir de l'aide. Elle dit que la communauté n'a pas encore établi pourquoi cette crise survient maintenant.

Les communautés ensemble

Les communautés touchées par cette tragédie se sont rassemblées pour soutenir les familles et les jeunes durant l'épreuve, souligne Tammy Cook-Searson. Elle rapporte que tout le monde est en alerte, mais que différentes agences de la région et de la province travaillent ensemble afin d'offrir tout le soutien nécessaire.

La chef de la Bande indienne de Lac la Ronge, Tammy Cook-Searson, indique que les communautés sont « sous le choc ».
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La chef de la Bande indienne de Lac la Ronge, Tammy Cook-Searson, indique que les communautés sont « sous le choc ».

Photo : CBC

Vendredi dernier, après la nouvelle des suicides, la communauté de Stanley Mission a décidé d'ouvrir son bureau de bande et son centre jeunesse 24 heures, pour accueillir les gens en deuil. L'église de l'endroit a également organisé un rassemblement pour venir en aide aux familles touchées, raconte Tammy Cook-Searson.

Des travailleurs en santé mentale de la région, mais également des autorités de santé avoisinantes et de Santé Canada, ont été mis à la disposition de ces communautés en tout temps, pour prévenir d'autres suicides, dit la chef de Lac La Ronge.

Des parents, des enseignants et des intervenants jeunesse sont aussi à pied d'oeuvre pour offrir de l'aide aux jeunes en deuil ou encore à risque, précise Mme Cook-Searson. Des enseignants sont formés en prévention du suicide, pour que ces régions isolées puissent avoir les ressources afin d'éviter d'autres drames.

« On veut être présent pour nos jeunes, nous avons des gens extraordinaires dans la communauté, on veut continuer de collaborer. »

— Une citation de  Tammy Cook-Searson, chef, Bande indienne de Lac La Ronge

Dire aux jeunes qu'ils sont importants

Tammy Cook-Searson insiste pour dire qu'il faut redonner espoir aux jeunes de ces communautés. Il faut leur parler et comprendre comment les aider, selon elle.

« Je sais que c'est difficile pour nous. Nous le faisons pour les jeunes, nous ne pouvons pas abandonner. »

— Une citation de  Tammy Cook-Searson

Elle mentionne que plusieurs jeunes sont touchés de près par le suicide de leurs amies et camarades de classe. « Ils commencent à être prêts à parler, mais on est patient », affirme la chef.

Avec les informations de Devin Heroux, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...