•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manic-5, de la Révolution tranquille à aujourd'hui

La forêt qui entoure le barrage de Manic-5 était totalement absente dans les années 70.
Radio-Canada

Hydro-Québec est en train de rehausser le niveau de l'eau du barrage de Manic-5 à son niveau maximal. Retour sur l'histoire de ce complexe hydroélectrique, bâti dans les années 60, symbole de la Révolution tranquille.

Un texte d'Alix-Anne TurcottiTwitterCourriel

Emplacement

La centrale Manic-5 est située sur la Côte-Nord, à 212 kilomètres de Baie-Comeau et de l'embouchure de la rivière Manicouagan.

Une carte de la route 389 de Baie-Comeau à FermontAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La route 389 de Baie-Comeau à Fermont

Construction, 1959 et 1971

D'une superficie de 37 432 kilomètres carrés, Manic-5 est composé d'une centrale, d'un bâtiment de prise d'eau et d'évacuateurs de crues, de cheminées d'équilibre et du barrage Daniel-Johnson.

Le complexe Manic-5 pendant sa construction dans les années 1960.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le complexe Manic 5 pendant sa construction dans les années 1960.

Photo : Réprtoire du patrimoine culturel du Québec

Mise en service de la centrale, 1970-1971

Le barrage de Manic-5 constitue le plus grand barrage à voûte et à contreforts au monde. En 1970, les installations de Manic produisent 1292 kilowatts d'hydroélectricité.

Quelques-uns des invités à l'inauguration de Manic-5Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Quelques-uns des invités à l'inauguration de Manic-5

Photo : Musée québécois de la culture populaire

Manic-5 et les autres

Manic-5 fait partie du vaste complexe Manic-Outardes, construit entre 1959 et 1979. Les centrales Manic-1, Jean-Lesage (Manic-2), René-Lévesque (Manic-3), Outardes-2, Outardes-3 et Outardes-4 font aussi partie de ce vaste complexe.

Manic-1, à Baie-ComeauAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Manic-1 à Baie-Comeau

Photo : ICI Radio-Canada

Symbole

Des travailleurs dans les années 60, sur le chantier de Manic-5Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des travailleurs dans les années 60, sur le chantier de Manic 5

Photo : Archives, Hydro-Québec

On pense que Manic-5, c'est le symbole de la Révolution tranquille. Donc, les gens qui ont participé au chantier, ces bâtisseurs-là étaient fiers d'être Québécois, étaient fiers de réaliser quelque chose de grandiose.

Julie Dubé, porte-parole d'Hydro-Québec

Aujourd'hui

Le barrage de Manic-5 fait, aujourd'hui partie du patrimoine culturel nord-côtier. Les installations sont visitées par près de 8000 personnes chaque année. Une nouvelle exposition sur l'histoire de Manic-5 a été inaugurée par Hydro-Québec en juin. Rappelons qu'une autre centrale, Manic-5 PA (pour puissance additionnelle), y a été construite au début des années 1990.

L'exposition et la visite de Manic-5 attirent les foules.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'exposition et la visite de Manic-5 attirent les foules.

Photo : Radio-Canada

Triste anecdote 

Le premier ministre du Québec, Daniel Johnson, meurt subitement, alors qu'il devait inaugurer le barrage Manic-5, en 1968. Il était âgé de 53 ans.

Daniel Johnson a été premier ministre du Québec de 1966 à 1968. Photo prise en 1963.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Daniel Johnson a été premier ministre du Québec de 1966 à 1968. Photo prise en 1963.

Photo : BanQ/Gabriel Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec

Société