•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Négociations en cours sur le bois d'oeuvre entre le Canada et les États-Unis

Du bois d'oeuvre canadien.
Du bois d'oeuvre canadien. Photo: La Presse canadienne / PC/Jacques Boissinot

L'accord de 2006 dans le dossier du bois d'oeuvre entre le Canada et les États-Unis prend fin aujourd'hui. Les négociateurs des deux pays tentent de trouver un terrain d'entente sur ce sujet de discorde.

Au Canada, chaque province a ses règles dans le domaine du bois d'oeuvre, ce qui rend la tâche plus compliquée pour le gouvernement fédéral.

La Colombie-Britannique, qui assure la moitié de la production du bois d'oeuvre au pays, est en première ligne sur ce dossier, avec des milliers d'emplois en jeu dans la province.

Pour Carl Grenier, chargé de cours à l'Université Laval, l'ENAP et membre de l'observatoire des États-Unis à la Chaire Raoul Dandurand, le prochain accord entre les deux pays risque d'être restrictif pour le Canada, avec des exportations limitées et des droits tarifaires élevés, conséquences du faible prix actuel du bois d'oeuvre.

« Les Américains voudraient baisser notre part de marché à 22 %, alors qu'elle a déjà atteint 34 % dans le passé », explique-t-il.

Selon lui, il n'y aura pas d'accord conclu avant les prochaines élections américaines et l'on risque s'assister à une longue bataille juridique entre les deux pays.

Colombie-Britannique et Yukon

Accords commerciaux