•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des militants à l'hôtel de ville pour dénoncer programme de lutte contre la pauvreté

Des manifestants antipauvreté devant l'hôtel de Ville de Toronto

Photo : Lyne-Françoise Pelletier/Radio-Canada

Radio-Canada

Le fonds de 28 millions de dollars, géré par le département de l'emploi et des services sociaux de la Ville, défavorise les personnes handicapées et les familles, selon la Coalition ontarienne contre la pauvreté (OCAP)

Un texte de Lyne-Françoise PelletierTwitterCourriel

Une trentaine de militants de l'organisme antipauvreté ont dénoncé, devant l'hôtel de ville de Toronto, les politiques du Fonds de stabilisation du logement qu'ils considèrent comme discriminatoires.

Depuis fort longtemps, ils réclament une refonte complète du système en éliminant, dans le calcul de l'admissibilité au programme, les prestations pour enfants, l'allocation pour régime alimentaire particulier et celle du chien d'assistance, toutes considérées comme étant des revenus. Puisque le programme d'aide repose sur le revenu et les besoins, tout excédent en réduit l'accès.

Ces politiques toucheraient plus de 30 000 prestataires d'aide sociale par année, selon OCAP.

C'est une violation manifeste du Code des droits de la personne de l'Ontario.

Yogi Acharya, organisateur pour la Coalition ontarienne contre la pauvreté (OCAP)

Selon les statistiques de la Ville de Toronto, moins de 10 % des demandes ont été rejetées à cause d'un revenu excédentaire. Yogi Acharya souligne que plusieurs familles et personnes handicapées ont toutefois reçu beaucoup moins d'argent que ce dont elles avaient besoin.

Fonds d'aide

Toronto a créé un Fonds de stabilisation du logement en 2013 lorsque la province de l'Ontario a éliminé la prestation pour l'établissement d'un nouveau domicile et le maintien dans la collectivité.

Ce programme aidait les prestataires d'aide sociale à payer leurs frais de déménagement, les loyers en retard et toute autre urgence en matière de logement. La province a confié aux municipalités la responsabilité de fournir cette aide en leur octroyant 55 M$, soit environ la moitié du budget annuel du programme qu'elle avait éliminé. 

Des miltants antipauvreté devant le bureau du maire John Tory

Des miltants antipauvreté devant le bureau du maire John Tory

Photo : Lyne-Françoise Pelletier/Radio-Canada

En 2016, Toronto a reçu 26,5 M$ du gouvernement ontarien par l'entremise de son programme d'Initiative de prévention de l'itinérance dans les collectivités. La Ville, pour sa part, y a versé 1,5 M$.

La Coalition ontarienne contre la pauvreté estime que le budget du Fonds de stabilisation du logement est trop modeste pour répondre aux besoins actuels de la clientèle. L'organisme demande une injection de 13 M$ de plus de la part de Toronto.

Des solutions

Le conseiller municipal James Pasternak, dont le comité supervise la gestion du Fonds de stabilisation du logement de Toronto, dit que ce programme ne devrait pas être à la merci de la bureaucratie. Il a demandé une révision des politiques et des consultations publiques qui doivent débuter le 20 octobre.

Les gens qui ont besoin de ce programme ne devraient pas être pénalisés parce qu'ils ont droit à d'autres allocations.

James Pasternak, conseiller municipal Toronto

Par ailleurs, le rapport des fonctionnaires municipaux devrait être rendu public au mois de novembre.

Toronto

Pauvreté