•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme hospitalisé après avoir ingéré un champignon toxique à Victoria

Une amanite phalloïde, espèce mortelle de champignon.

Une amanite phalloïde, espèce mortelle de champignon.

Photo : Shutterstock/Boku Maro

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un amateur de champignons de Victoria s'est retrouvé très malade et a dû être hospitalisé après avoir ingéré l'une des espèces de champignons les plus mortelles au monde.

Un texte de Christophe Le GentilCourriel

Le cueilleur a cueilli une amanite phalloïde dans un jardin de Victoria il y a quelques jours, précise le médecin-chef de la Régie de la santé de l'île de Vancouver, Richard Stanwick.

La personne a été admise à l'hôpital de Victoria et ensuite transférée à Edmonton pour un traitement supplémentaire.

La Régie affirme que 20 champignons ont été ramassés au même endroit et envoyés en laboratoire pour confirmer qu'il s'agit d'amanites phalloïdes.

« Cette espèce de champignon n'est pas indigène de l'île de Vancouver et je pense que beaucoup de personnes ignorent leur degré de dangerosité », déclare le Dr Stanwick.

Les amanites phalloïdes sont responsables de 90 % des cas mortels d'empoisonnement par ingestion de champignons dans le monde. La consommation de la moitié du chapeau du champignon contient suffisamment de toxines pour tuer un adulte.

Le Dr Stanwick explique que les personnes qui en ont ingéré présentent souvent des troubles intestinaux pendant une journée et les symptômes semblent ensuite s'atténuer en apparence. « Les gens pensent qu'ils sont en train de se rétablir d'une petite intoxication alimentaire, mais des complications importantes viennent ensuite toucher le foie. Si vous avez ingéré assez de toxines contenues dans le champignon, votre foie est détruit », prévient-il.

Une apparence commune

L'amanite phalloïde ne présente pas d'apparence particulière et unique laissant présager de sa dangerosité. Sa couleur varie du jaune-vert au marron et elle possède des lamelles blanches sous son chapeau et un pied doté d'une membrane ressemblant à une jupe.

Le Dr Stanwick recommande aux cueilleurs de champignons d'être prudents et de s'informer sur les différences entre les espèces vénéneuses et celles qui ne le sont pas.

« Informez-vous, faites-vous accompagner de personnes qui connaissent le sujet. Il y a des espèces qui sont facilement reconnaissables, mais de façon générale si on a un doute, on ne doit pas les ramasser », conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !