•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agrile du frêne : 50 000 arbres à abattre à Gatineau

Agrile du frêne

Agrile du frêne

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Gatineau investira près de 1,5 million de dollars l'an prochain pour abattre des milliers d'arbres infestés par l'agrile du frêne sur son territoire.

En tout, de 40 000 à 50 000 arbres devront être coupés. Afin de minimiser les coûts, seuls les frênes qui représentent un danger pour la population seront abattus.

Chacun de ces frênes sera ensuite remplacé par un autre arbre. Ces travaux nécessitent une augmentation de 39 % du budget de gestion de l'agrile du frêne par rapport à l'année 2016.

Le travail s'annonce colossal. Dans le parc du Plateau, par exemple, quelque 1200 arbres devront être abattus.

« L'agrile du frêne se reproduit très facilement, très rapidement. Donc, la population de l'insecte atteint des stades qui sont vraiment épidémiques.  »

— Une citation de  Alexandre Dumas, ingénieur forestier

« Je ne pense pas qu'il y a une municipalité au Québec qui peut affirmer être en mesure de gagner la bataille contre l'agrile du frêne », affirme l'ingénieur forestier et chargé de projets pour le Service de l'environnement de la Ville de Gatineau, Alexandre Dumas. « Il faut la gérer. »

D'ici cinq ans, la Municipalité estime que la totalité des frênes situés sur son territoire seront infestés par l'insecte exotique ravageur. Depuis 2003, la Ville de Gatineau a dû abattre près de 10 000 arbres touchés.

« On a vraiment un enjeu très grand devant nous. Ça va faire partie des discussions budgétaires.  »

— Une citation de  Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Certains conseillers municipaux souhaitent aussi aider les résidents qui sont propriétaires d'arbres infestés par l'agrile du frêne.

L'agrile du frêne est présent dans 27 États américains, ainsi qu'en Ontario et au Québec.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !