•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'OMS appelle les gouvernements à taxer davantage les boissons sucrées

La Coalition Poids recommande à l'industrie et au gouvernement de limiter l'exposition des jeunes aux boissons sucrées. Photo: Getty Images/Spencer Platt
Associated Press

Les gouvernements devraient utiliser leurs politiques fiscales pour gonfler le prix des boissons sucrées comme les boissons gazeuses, les boissons énergétiques et même les jus de fruits à 100 % afin de combattre l'obésité, le diabète et la carie dentaire, selon l'agence onusienne de la santé.

L'Organisation mondiale de la santé explique, dans un communiqué publié à l'occasion de la Journée mondiale de l'obésité, que la prévalence mondiale de l'obésité a plus que doublé entre 1980 et 2014. Les dernières données montrent qu'environ 40 % de la population mondiale souffre d'embonpoint.

Dans un rapport de 36 pages qui porte sur les politiques fiscales et l'alimentation, l'OMS évoque des « preuves solides » qui démontreraient que les subventions qui font chuter le prix des fruits et légumes peuvent contribuer à une amélioration de l'alimentation. L'agence ajoute que des politiques fiscales qui augmenteraient de 20 % le coût au détail des boissons sucrées entraîneraient une réduction équivalente de leur consommation.

S'inspirant des campagnes de lutte au tabagisme, l'OMS dit que l'ajout ou l'augmentation de taxes aux boissons sucrées pourrait réduire la consommation de sucre, ce qui entraînerait des bienfaits pour la santé et augmenterait les revenus dont disposent les gouvernements, par exemple, pour offrir des soins de santé.

L'agence onusienne recommande depuis longtemps que la population limite à moins de 10 % la part du sucre dans sa consommation énergétique quotidienne.

Le Chili et le Mexique arrivent maintenant en tête du palmarès des plus grands consommateurs de boissons sucrées, dit l'OMS, qui note également une progression rapide en Chine et en Afrique subsaharienne.

Santé