•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Année exceptionnelle pour les marchés publics du Bas-Saint-Laurent

Le marché public de Sainte-Flavie

Le marché public de Sainte-Flavie

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les activités des marchés publics du Bas-Saint-Laurent tirent à leur fin après une année exceptionnelle, autant sur le plan financier que sur celui de l'achalandage.

D'après le reportage de Laurence GallantTwitterCourriel

Au Bas-Saint-Laurent, alors que le marché public de Rimouski dépasse le demi-million de dollars en ventes de produits locaux, le marché de la Mitis, à Sainte-Flavie, connaît lui aussi une année record. Les ventes atteignent 114 000 $ comparativement à 103 000 $ l'an dernier.

« C'est une superbe saison, on a eu du beau temps, beaucoup de monde, et les ventes ont été excellentes. Il y a beaucoup de diversité dans les produits aussi. Franchement, on ne pouvait pas demander mieux et on espère la même chose pour les années à venir », affirme le coordonnateur du marché public de la Mitis, François Mercier.

Des courges au marché public de Sainte-Flavie
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des courges au marché public de Sainte-Flavie

Photo : Radio-Canada

Clientèle fidèle et nouveaux visages, ils ont été nombreux à fréquenter les marchés du Bas-Saint-Laurent. Cela s'explique en partie par l'important afflux touristique qu'a connu l'Est du Québec cet été.

« On voit bien que les gens sont de plus en plus sensibilisés à l'importance d'acheter local et aux produits, que ce soit transformés ou non transformés, mais sans additifs et sans colorants artificiels. Les gens recherchent ça, et on est en mesure de le leur offrir », mentionne François Mercier.

Des poivrons au marché public de Sainte-Flavie
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des poivrons au marché public de Sainte-Flavie

Photo : Radio-Canada

Il est ainsi de plus en plus rentable pour les producteurs de tenir un kiosque régulier, malgré les coûts et le temps nécessaires à cette présence. Que ce soit pour augmenter leurs ventes ou pour échanger avec les consommateurs, chacun y trouve son compte.

« Évidemment, il faut faire un peu d'argent, mais il y a quand même une belle présence des gens du coin », mentionne François Boulianne, producteur maraîcher pour Brouettes et courgettes.

« Il faut quand même dire que l'ensemble de nos clients aiment parler aux producteurs. Et qui est le mieux placé pour parler de ses produits? » lance Jean-Yves Roy, producteur pour Les herbes salées du Bas-du-Fleuve.

Les nouvelles installations du marché public de Rimouski
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les nouvelles installations du marché public de Rimouski

Photo : Radio-Canada

Il reste encore trois semaines au marché public de Rimouski, alors que les recettes dépassent déjà le demi-million de dollars atteint l'an dernier. Cela montre que les nouvelles installations permanentes font leurs preuves, selon les organisateurs.

« Je n'ai que des commentaires positifs. Les producteurs sont vraiment contents. C'est vraiment pratique, le montage est beaucoup plus simple, c'est convivial, et les gens aiment le fait que ce soit comme des petites rues. La circulation se fait bien, c'est fluide et sincèrement, c'est vraiment que du positif », souligne Émilie Ringuet, coordonnatrice du marché public de Rimouski.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec