•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Radio-Canada dénonce des obscénités lancées au micro d'une journaliste

Deux jeunes hommes ont lancé des obscénités lors d'une entrevue en direct.

Deux jeunes hommes ont lancé des obscénités lors d'une entrevue en direct.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le phénomène controversé connu sous l'acronyme FHRITP, qui a fait les manchettes l'an dernier alors que des femmes reporter ont été la cible d'insultes obscènes, a refait surface jeudi lors d'une entrevue en direct sur les ondes de Radio-Canada à Québec.

Au moment où la journaliste culturelle Claudia Genel s'entretenait avec deux duchesses du Carnaval de Québec, deux jeunes hommes sont intervenus pour hurler « F*** her right in the p*** », une invitation à caractère sexuel dans des termes très vulgaires.

Les deux hommes se sont sauvés rapidement après leur intervention pour le moins disgracieuse.

La chef de l'information et des programmes à Radio-Canada Québec, Véronique Lessard, dénonce vivement l'incident.

« Dégradant, inacceptable! Nous dénonçons évidemment ce geste et ces paroles disgracieuses prononcées durant le Téléjournal Québec », dit-elle.

« C'est gratuit, facile et désolant, en 2016, d'assister à ce genre de geste », déplore pour sa part Claudia Genel.

Radio-Canada dénonce des obscénités lancées au micro d'une journaliste à Québec

Le phénomène, né d'un sketch américain en 2014, avait pris de l'ampleur lors de reportages en direct, notamment dans les stations anglophones.

En mai 2015, des obscénités à caractère sexuel ont été lancées au microphone d'une journaliste de CityNews par un groupe de jeunes hommes à la sortie d'un match du Toronto FC. La journaliste, qui a répliqué au groupe devant la caméra, a par la suite obtenu les excuses de l'ingénieur Shawn Simoes, employé à la société d'État Hydro One.

La blague vulgaire a été aussi dénoncée par deux journalistes de CBC Montréal qui ont publié un texte d'opinion (Nouvelle fenêtre) à ce sujet.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.