•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq nouvelles poursuites pour agressions sexuelles contre des prêtres du NB

Rino Deschênes Photo: Bernard LeBel/Radio-Canada
Radio-Canada

Les allégations d'agressions sexuelles contre des prêtres se multiplient au Nouveau-Brunswick.

Dans les trois derniers mois, cinq avis de poursuite ont été déposés en Cour du Banc de la Reine contre des diocèses et des prêtres aux quatre coins de la province.

L'un de ces prêtres, Paul Breau, a été aumônier sur le campus de l'Université de Moncton pendant près de 15 ans. Les faits reprochés se seraient déroulés de 1984 à 1986 alors qu'il était prêtre à la paroisse de Saint-Joseph à Shédiac. La présumée victime y effectuait des travaux communautaires. Elle allègue avoir été agressée sexuellement entre l'âge de 13 et 15 ans.

L'archidiocèse de Moncton a démis M. Breau de toutes ses fonctions, jeudi après-midi.

« Alors que le père Breau avait un excellent dossier, nous allons, conformément à notre politique de protection des mineurs et des personnes vulnérables, le retirer de tout ministère et de toutes fonctions ecclésiastiques en attendant le résultat de cette poursuite civile », a déclaré par voie de communiqué l'archevêque Valéry Vienneau.

La présumée victime allègue qu'un autre prêtre, Yvon Arsenault, l'a aussi abusé durant la même période. C'est ce que révèle un avis de poursuite déposé il y a quelques semaines.

Et ce n'est pas le seul avis de poursuite déposé contre Yvon Arsenault. Un autre homme, âgé aujourd'hui de 57 ans, allègue qu'il l'a agressé sexuellement lorsqu'il avait 12 ans.

Yvon Arsenault a été démis de ses fonctions par l'archidiocèse en 2013 pour d'autres allégations d'agressions sexuelles. Il doit d'ailleurs répondre à 17 chefs d'accusation de grossière indécence et d'atteinte à la pudeur plus tard ce mois-ci.

La cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption Photo : ICI Radio-Canada

Dans le nord du Nouveau-Brunswick, deux avis de poursuite au civil ont été déposés contre le diocèse catholique d'Edmundston et Rino Deschênes. Deux hommes l'accusent d'agressions sexuelles répétées quand ils étaient âgés entre 9 et 13 ans dans la paroisse Église du Sacré-Coeur de Rivière-Verte.

Rino Deschesnes est déjà incarcéré, lui qui a reconnu sa culpabilité en 2015 à quatre chefs d'accusation de grossière indécence et de tentative de sodomie. Il a écopé de sept ans et demi de prison.

Un autre avis de poursuite vise le diocèse de Bathurst, le prêtre Normand Dugas et deux autres prêtres aujourd'hui décédés. Le plaignant affirme avoir été abusé par les trois prêtres successivement de l'âge de 6 à 14 ans.

Toujours par voie de communiqué, l'Archidiocèse de Moncton affirme s'être déjà engagé à un protocole rigoureux pour la protection des mineurs et des personnes vulnérables. Il soutient de plus avoir pris des mesures « sans précédent » pour résoudre les réclamations des victimes d'agressions sexuelles.

« Nos pensées et nos prières sont avec toutes les victimes d'agressions sexuelles et avec la grande majorité des prêtres qui exercent leurs fonctions jour après jour pour répandre l'Évangile et suivre l'exemple du Christ », affirme Mgr Vienneau.

D'après le reportage de Karine Godin

Acadie

Croyances et religions