•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 policiers de Calgary accusés à la suite d'une arrestation musclée

Une voiture de la police de Calgary

Une voiture de la police de Calgary

Photo : ICI Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Trois policiers de Calgary font face à de multiples accusations à la suite d'une enquête de l'équipe Albertaine de réponse aux incidents graves (Serious Incident Response Team – ASIRT). Les trois policiers ont participé à une arrestation musclée, en juillet, dans le cadre de laquelle un homme de 34 ans a subi de nombreuses blessures. 

Les trois hommes ont comparu devant un juge de paix mercredi, puis ont été relâchés sous promesse de comparaître. Les trois policiers font face à un total de huit chefs d'accusation.

L'agent James Othen, en service depuis neuf ans, est accusé :

  • d'un chef de voies de fait ayant causé des lésions corporelles,
  • d'un chef de voies de fait armé,
  • et de deux chefs d'accusation pour méfait public.

L'agent Kevin Humfrey, en service depuis deux ans, est accusé :

  • d'un chef de voies de fait ayant causé des lésions corporelles,
  • et deux chefs d'accusation pour méfait public.

L'agent Michael Sandalack, en service depuis neuf ans, est accusé :

  • d'un chef de voies de fait ayant causé des lésions corporelles.

L'arrestation qui a conduit aux accusations a eu lieu le 30 juillet, quand un policier a tenté d'intercepter un véhicule dans un stationnement de la rue Macleod Trail South. Le conducteur s'est enfui à pied et une courte poursuite s'en est suivi.

Les voies de fait auraient été commises après que le suspect se soit rendu au moment où les policiers lui passaient les menottes, selon le rapport de l'ASIRT.

Captation vidéo

La scène a été captée par une caméra installée sur le tableau de bord d'une voiture de police. Lorsque la vidéo a été récupérée par le service de police de Calgary, les autorités ont réalisé que les policiers impliqués auraient falsifié leur rapport. La vidéo ne sera pas rendue publique avant la fin du processus judiciaire.

Selon la directrice d'ASIRT, les chefs d'accusation les plus importants sont ceux de méfait public pour avoir falsifié un rapport d'arrestation. Faussement accuser quelqu'un d'un crime est très grave, selon elle.

La responsabilisation policière

Les trois policiers ont été temporairement relevés de leurs fonctions. Leur statut sera révisé dans les jours et les semaines à venir. Le Chef du service de police de Calgary Roger Chaffin, qui a dit vouloir améliorer la perception du service par la population, a aussi qualifié les accusations de sérieuses.

Roger ChaffinAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Roger Chaffin, Chef du Service de police de Calgary

Photo : Radio-Canada

Il rappelle aussi l'importance de la responsabilité de ses agents de police. « Nous nous efforçons toujours de traiter le public avec le plus haut niveau de respect et de professionnalisme, dit-il. Nous reconnaissons également que la confiance du public peut être érodé au fil du temps si nous ne continuons pas à être ouvert, et de fournir un service hautement professionnel à la communauté. »

Il souligne que c'est maintenant au système de justice de décider du sort de ses agents.

Les trois policiers devront comparaître en cour le 19 octobre.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.