•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les infirmières bachelières veulent être reconnues au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Une professionnelle de la santé

Une professionnelle de la santé

Photo : iStock / IStock

Radio-Canada

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) a tenu une action de mobilisation au siège social du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean, mercredi après-midi.

Le syndicat déplore que le CIUSSS soit le seul établissement au Québec à ne pas reconnaître systématiquement la formation universitaire des infirmières.

Les représentantes de la FIQ ont rencontré la direction du CIUSSS, mardi, pour discuter de la reconnaissance des infirmières bachelières. La porte-parole régionale de la FIQ, Audrey Blackburn, souligne qu'aucune décision n'a été prise, malgré la signature de la convention collective en juin.

« Les infirmières ne savent pas sur quel pied danser, affirme Mme Blackburn dans un communiqué. Elles hésitent à accepter des postes dans la région, parce que si la direction choisit de ne pas reconnaître leur diplôme universitaire, elles iront peut-être travailler là où leur formation sera reconnue. »

L'employeur a le beau rôle : en ne reconnaissant pas systématiquement le baccalauréat, il profite de la qualification, de la formation et de l'expertise d'une infirmière, mais sans la rétribuer à sa juste valeur.

Audrey Blackburn, porte-parole de la FIQ au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Le syndicat rappelle que le CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean a une mission universitaire. La FIQ compte 2500 membres dans la région, dont 600 sont bachelières.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Relations de travail