•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Votez charbon », peut-on lire sur cette affiche, à Grundy, une ville minière en Virginie.

Photo : Radio-Canada/Caroline Girard

Radio-Canada

Dans les villes houillères de l'est des États-Unis, la majorité des électeurs voient Donald Trump comme leur dernier espoir, car il a promis de ranimer l'industrie du charbon et de démanteler l'agence de protection de l'environnement.

Un texte de Tamara AlterescoTwitterCourriel

Du Kentucky à la Virginie-Occidentale, en passant par la Virginie, des villes entières sont en déclin depuis que l'administration Obama a décidé de réduire la consommation d'électricité au charbon des États-Unis. Les mines ferment les unes après les autres.

Une mine de charbon encore active à Grundy, en VirginieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une mine de charbon encore active à Grundy, en Virginie

Photo : Radio-Canada/Caroline Girard

Dans le bassin des Appalaches seulement, la production a baissé de 32 % depuis 2008. Dans le comté de Buchanan, en Virginie, il ne reste plus que 10 mines en chantier. Des milliers de travailleurs ont été mis à pied, et les jeunes s'exilent.

Ryan Wilson, convaincu que Trump va rouvrir les mines de charbon

Ryan WilsonAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ryan Wilson

Photo : Radio-Canada/Benoît Roussel

Ryan Wilson, un ex-mineur de 28 ans, voit sa qualité de vie se détériorer d'année en année. Pour cela, il blâme l'administration Obama et « la guerre contre le charbon ».

Je gagnais 50 000 $ par année. Aujourd'hui, c'est 75 $ par jour.

Ryan Wilson

Depuis que la mine où il travaillait a fermé, il gagne sa vie comme pompiste dans une station-service de Grundy. Il appuie Donald Trump et demeure convaincu que celui-ci saura relancer l'économie de ces villes en déclin, en rouvrant les mines de charbon.

Ni pour Trump ni pour Hillary

Roby RainsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Roby Rains

Photo : Radio-Canada/Benoît Roussel

Les clients sont rares ces jours-ci chez Roby le barbier. Dans la vieille roulotte qui lui sert de boutique, c'est comme si le temps s'était arrêté. Les clients se présentent seulement quand ils reçoivent leur chèque du gouvernement, une fois par mois.

Dans le comté de Buchanan, une personne sur quatre dépend de l'assurance invalidité.

Les mineurs n'ont pas l'éducation nécessaire pour se recycler. À part le charbon, il n'y a rien ici.

Roby Rains

À 83 ans, il envisage pour la première fois de sa vie de ne pas voter aux élections. Il ne croit ni en Donald Trump ni en Hillary Clinton. Il craint pour l'avenir des jeunes.

« Il n'y a rien pour nous ici, rien »

Kathy Ellis et Krystal CarterAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Kathy Ellis et Krystal Carter

Photo : Radio-Canada/Benoît Roussel

Krystal Carter travaille à temps partiel au restaurant Rainbow, le temps de payer et de terminer ses études en pharmacie. Dans le comté de Buchanan, seulement la moitié des jeunes poursuivent leurs études au-delà du secondaire.

La plupart des jeunes misaient sur le charbon et les activités connexes, mais il n'y a plus rien pour nous ici.

Krystal Carter

La jeune femme partira sous peu s'installer en ville, dans le nord de l'État.

« Trump vend du rêve »

Kathy Ellis, serveuse au restaurant Rainbow, ne cache pas son dédain pour le candidat républicain. « Donald Trump s'en balance, des gens ordinaires. Il leur vend du rêve. »

Bien que sa famille entière ait gagné sa vie grâce au charbon, la grand-mère ne croit ni aux promesses de Trump ni à la possibilité de faire revivre l'industrie du charbon.

De toute façon, le charbon, quand il n'y en a plus, il n'y en a plus. Il faut penser à l'avenir et se prendre en main.

Kathy Ellis

Elle votera par défaut pour Hillary Clinton, à contre-courant de la majorité des électeurs de ce comté autrefois démocrate.

« Les gens perçoivent Trump comme leur dernier espoir »

Dean PowersAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dean Powers

Photo : Radio-Canada/Benoît Roussel

Le pasteur Dean Powers ne sait pas encore qui aura son vote le 8 novembre prochain. Il ne voit pas qui de Donald Trump ou d'Hillary Clinton saura venir en aide à sa communauté.

C'est la dévastation, ici. Le déclin économique est terrible.

Dean Powers

Sa paroisse organise régulièrement des collectes de fonds pour aider des familles entières à payer leurs factures.

« C'est une erreur de penser que les résidents des Appalaches sont des citoyens de deuxième classe. Ils essaient simplement de survivre », explique le pasteur.

Grundy, une ville de mineurs en Virginie, aux États-UnisAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Grundy, une ville de mineurs en Virginie, aux États-Unis

Photo : Radio-Canada/Caroline Girard

La présidentielle américaine 2016 - notre section spéciale

International