•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le W-18 : une drogue 100 fois plus puissante que le fentanyl trouvée en Ontario

Le W18 est un opioïde 10000 fois plus puissant que la morphine et peut se trouver sous plusieurs formes.

Le W18 est un opioïde 10000 fois plus puissant que la morphine et peut se trouver sous plusieurs formes.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que des efforts sont déployés pour diminuer la vente du fentanyl sur le marché noir canadien, une nouvelle drogue sème l'inquiétude. Selon Santé Canada, le W-18 est un opioïde qui serait jusqu'à 10 000 fois plus puissant que la morphine et sa consommation pourrait être fatale.

Un texte de Natacha LavigneTwitterCourriel

Tous comme les autres opiacés, le W-18 joue sur l'aspect cognitif. Les consommateurs sont donc plus confus et léthargiques. Cela peut entraîner un arrêt respiratoire et pire, la mort.

Cette drogue qui n'était pas destinée à l'humain, a été inventée dans une Université albertaine en 1981. Or, la Chine en fait maintenant la vente au Canada.

Devant la puissance du W-18, les professionnels de la santé craignent aujourd'hui une hausse de surdoses.

Depuis son bureau au Manitoba, la Dre Ginette Poulin explique que les informations quant aux composantes chimiques sont minimes. Impossible donc de déterminer ce qui se retrouve dans chacun des comprimés consommés.

Lorsqu'une personne consomme trop d'opiacé, on peut lui administrer du naloxone, un médicament capable de renverser les effets. Le danger avec ce genre de drogues, c'est qu'elle est tellement puissante qu'on ne sait pas s'il est possible de la contrer.

Une citation de :Dre Ginette Poulin, directrice médicale de la Fondation des dépendances du Manitoba.

L'Ontario touché

En 2016, plus de 30 saisies ont été répertoriées au Canada, dont en Colombie-Britannique, en Alberta et en Ontario.

En mai dernier, la police du Grand Sudbury a procédé à l'arrestation d'un individu pour possession de drogues, dont le W-18. Il s'agissait d'une première, mais les autorités craignent que ce ne soit que le début.

Daniel Despaties, inspecteur aux enquêtes criminelles à la police de Grand Sudbury, croit que cette orientation vers les drogues synthétiques est un résultat du retrait de l'antidouleur OxyContin en 2012.

Il y a eu un changement et souvent les gens ne savent même pas ce qu'ils prennent.

Une citation de :Daniel Despaties, inspecteur aux enquêtes criminelles à la police de Grand Sudbury

« Notre information est que même la W-18 en comprimés peut se faire passer pour l'oxycodone », a-t-il expliqué, confirmant une crise des opioïdes en Ontario.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !