•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prix du carbone à 10 $ dès 2018 :  irrespectueuse dit Brad Wall

Le premier ministre de la Saskatchewan Brad Wall s'oppose vivement à la décision d'Ottawa d'imposer un prix sur le carbone.

Le premier ministre de la Saskatchewan Brad Wall s'oppose vivement à la décision d'Ottawa d'imposer un prix sur le carbone.

Photo : Presse Canadienne

Radio-Canada

En réaction à la décision du premier ministre Justin Trudeau d'imposer un prix plancher sur le carbone dès 2018, le premier ministre de la Saskatchewan se dit être dépassé par le degré d'irrespect d'Ottawa.

Lors d'un discours à la Chambre des communes lundi, le premier ministre Justin Trudeau a fixé un prix plancher de 10 $ la tonne de carbone dès 2018. Ce prix plancher augmentera progressivement pour atteindre 50 $ la tonne en 2022.

Je ne peux pas croire que cette décision survienne la même journée que la rencontre soi-disant collaborative des ministres de l'Environnement sur un plan entourant les changements climatiques au Canada.

Brad Wall, premier ministre de la Saskatchewan

Une rencontre du Conseil canadien des ministres de l'Environnement se tient lundi après-midi à Montréal. Le premier ministre Wall a déclaré par écrit que dans les circonstances, cette rencontre ne vaut pas les émissions de CO2 entraînées par les déplacements des ministres canadiens pour s'y rendre.

La décision de Justin Trudeau est une trahison, selon Brad Wall qui fait référence à la déclaration de Justin Trudeau au mois de mars à Vancouver. À ce moment, Justin Trudeau s'était montré ouvert à la discussion entre les provinces et les territoires concernant un plan pour réduire les émissions de gaz à effet de serre au pays.

Un prix sur le carbone accaparera 2,5 milliards de dollars de l'économie de la province lorsqu'il sera entièrement entré en vigueur en 2022, explique Brad Wall. Il ajoute que la Saskatchewan sera perdante au sein de l'industrie.

En point de presse plus tôt lundi, le ministre de l'Environnement de la Saskatchewan a souligné qu'un tel prix sur le carbone aura un impact sur les familles et l'économie de la Saskatchewan. Scott Moe a précisé que les industries de sa province ont de grands besoins en énergie.

Une opposition néo-démocrate frustrée

La députée et responsable néo-démocrate pour SaskPower, Cathy Sproule.

La députée et responsable néo-démocrate pour SaskPower, Cathy Sproule.

Photo : ICI Radio-Canada/Dann McKenzie

L'opposition néo-démocrate saskatchewanaise n'a pas tardé à réagir aux propos du premier ministre. La porte-parole du NPD en matière d'Environnement, Cathy Sproule, soutient que Brad Wall a été irresponsable dans sa gestion du projet et que la province a eu amplement le temps de se préparer à un prix plancher pour la tonne de CO2

Elle exhorte le Parti Saskatchewanais à mettre en place un Fonds vert pour les technologies, afin que les entreprises polluantes puissent verser de l'argent au profit de projets énergétiques durables.

Inquiétude chez certains entrepreneurs

La chambre de commerce de Regina s'inquiète des conséquences d'un prix sur le carbone sur l'économique provinciale, alors que le secteur énergétique est secoué.

Son directeur général, John Hopkins, estime aussi que la décision d'Ottawa pourrait conduire à des pertes d'emplois, et mener à une hausse du prix de l'essence et des coûts d'électricité.

Saskatchewan

Changements climatiques