•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Témoignage d’une femme accusée d'avoir donné de l’eau à des porcs avant l’abattoir

Anita Krajnc donne de l'eau à des porcs.

Anita Krajnc donne de l'eau à des porcs.

Photo : CBC/Elli Garlin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une militante végétalienne accusée de méfait après avoir abreuvé des cochons entassés dans un camion en route vers l'abattoir devrait témoigner en sa défense en cour à Burlington, lundi.

Anita Krajnc, qui fait partie du groupe Toronto Pig Save, a plaidé non coupable.

Le 22 juin 2015, quelques membres du groupe s'étaient rassemblés à l'extérieur de l'usine de transformation Fearman, à Burlington, vers laquelle étaient transportés les animaux.

Selon l'accusée, les porcs étaient déshydratés lorsqu'elle leur a donné de l'eau à travers les petits trous de la remorque du camion qui les transportait. Pour elle, ce n'était pas illégal de les abreuver.

Si elle est reconnue coupable, elle est passible d'une peine maximale de six mois de prison ou d'une amende de 5000 $.

Témoignage du chauffeur

Le chauffeur du camion, Jeffrey Veldjesgraaf, a affirmé en cour qu'il n'était pas inhabituel que l'accusée et d'autres militants donnent de l'eau aux porcs à l'entrée de l'abattoir.

Dans une vidéo de sa confrontation avec elle en 2015, il menace d'appeler les policiers. Elle lui répond de plutôt appeler « Jésus ».

Il lui demande ensuite ce qu'il y a dans l'eau qu'elle donne aux porcs. « De l'eau », assure l'accusée. Le chauffeur répond qu'il ne peut en être certain. « Fais-moi confiance », rétorque-t-elle.

Le chauffeur a admis que l'abattoir n'avait jamais refusé sa cargaison après que les militants eurent donné à boire aux porcs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !