•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'église de Bas-Caraquet est en bon état : « il lui manque juste un peu d'amour »

Paul Parent, de P B Maçonnerie de Rivière-du-Loup

Paul Parent, de l'entreprise P B Maçonnerie, de Rivière-du-Loup.

Photo : Photo: Radio-Canada/René Landry

Radio-Canada

Le Comité de sauvegarde de l'église de Bas-Caraquet se réjouit des constatations d'un expert en maçonnerie qui dirige les travaux de réparation de l'église. Ils sont nombreux à pousser un soupir de soulagement, car le bâtiment est en meilleur état que prévu.

Un texte de René LandryCourriel

L'entreprise de Paul Parent, P B Maçonnerie de Rivière-du-Loup au Québec, a entrepris les travaux de réparation de la façade est de l'édifice à la mi-septembre. Ces travaux, au coût d'un peu plus de 200 000 $, doivent se poursuivre jusque vers le 20 octobre.

Le spécialiste a aimé ce qu'il a vu. « La première chose qu'on regarde, explique-t-il, c'est l'alignement du bâtiment. Est-ce que les murs sont déformés? Est-ce que les angles des murs sont attaqués, fissurés? Est-ce que le bâtiment est droit? Dans le cas de l'église de Bas-Caraquet, on a vu tout de suite que l'édifice est en bon état. »

Cette église, il lui manque juste un peu d'amour on va dire, mais il n'y a rien de dramatique.

Paul Parent, propriétaire de P B Maçonnerie
Un employé de P B Maçonnerie à l'oeuvre

Un employé de P B Maçonnerie est à l'oeuvre à Bas-Caraquet

Photo : Photo: Radio-Canada/René Landry

Des employés de P B Maçonnerie s'affairent à remplacer des pierres sur l'édifice. « On les refaçonne pour les marier à la configuration actuelle de l'église, indique Paul Parent. La plupart des pierres qu'on va remplacer vont devenir pratiquement invisibles par rapport aux autres qui sont là. On ne verra pas la différence. Ce sont des travaux d'envergure moyenne. »

Lucie LeBouthillier, présidente du Comité de sauvegarde de l'église de Bas-Caraquet

Lucie LeBouthillier, présidente du Comité de sauvegarde de l'église Saint-Paul de Bas-Caraquet

Photo : Radio-Canada/René Landry

La présidente du Comité de sauvegarde de l'église de Bas-Caraquet, Lucie LeBouthillier, se réjouit des constats de l'expert en maçonnerie. « Il y a trois ans, dit-elle, le premier diagnostic qu'on avait eu c'est qu'il en aurait coûté plus de 3 000 000 $ pour réparer l'église. Aujourd'hui, après trois évaluations d'ingénieurs, on est rendus à 1 250 000 $. Monsieur Parent vient de confirmer ce que d'autres nous ont dit. Au départ, on nous avait pourtant dit que l'église était en phase terminale, qu'elle était dangereuse et tout ça. »

L'église a été examinée et on nous dit qu'elle n'a pas bougé d'un millimètre depuis 1904. Elle est droite.

Lucie LeBouthillier, présidente du Comité de sauvegarde de l'église de Bas-Caraquet
église Saint-Paul de Bas-Caraquet

L'église Saint-Paul de Bas-Caraquet

Photo : Photo: Radio-Canada/René Landry

« Prenez le clocher par exemple, ajoute Paul Parent avec enthousiasme. On regarde tous les angles de chaque côté et on voit qu'ils sont très droits, très bien alignés. C'est un signe qui nous dit qu'il n'y a pas de déformation, qu'il n'y a pas eu d'infiltration et qu'il n'y a pas de faiblesse à l'intérieur. C'est un gage de longévité. »

Acadie

Croyances et religions