•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Levée de boucliers contre les pesticides à Tracadie

Éloi Benoît

Éloi Benoît a participé à la manifestation contre le glyphosate. Il dit qu'il n'a jamais vu aussi peu d'insectes et d'oiseaux dans la forêt qu'au cours des dernières années.

Photo : Radio-Canada / René Landry

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un petit groupe de personnes a marché dans les rues de Tracadie, samedi après-midi, pour demander au gouvernement du Nouveau-Brunswick d'interdire les herbicides comme le glyphosate. Les participants se disent inquiets pour leur santé, ainsi que celle de la faune et de la flore.

Un texte de Catherine Allard TwitterCourriel

Une pétition lancée par militant écologiste pour interdire l'utilisation de glyphosate a aussi récolté près de 5000 signatures dans la Péninsule acadienne en l'espace de trois semaines.

Le glyphosate, connu pour son appellation commerciale Roundup, est un herbicide classé comme un cancérogène probable pour l'humain, par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Il est cependant utilisé au Nouveau-Brunswick, ce que dénonce Amédée Boucher, du groupe Arrêtons l'arrosage NB.

« L'organisation mondiale dit au gouvernement du Nouveau-Brunswick depuis 2015 que ce produit est cancérigène. [...] Le Nouveau-Brunswick est 15 ans en arrière. Qu'est-ce qui se passe? », s'exclame Amédée Boucher.

Amédée BoucherAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'organisateur de la marche contre l'épandage de glyphosate au Nouveau-Brunswick, Amédée Boucher

Photo : Radio-Canada / René Landry

Une vingtaine de manifestants se sont rendus jusqu'au bureau du ministre de l'Environnement du Nouveau-Brunswick, Serge Rousselle, à Tracadie, pour attirer l'attention sur leur cause.

Ils sont en train de tout détruire la Péninsule acadienne et le Nouveau-Brunswick au complet.

Une citation de :Amédée Boucher, membre du groupe Arrêtons l'arrosage NB

« On a organisé une marche pour faire comprendre au gouvernement et à nos élus qu'assez c'est assez. La Péninsule acadienne on peut appeler ça un désert Sahara. C'est des bleuetières partout et des coupes à blanc partout », dénonce le militant.

Près de 5000 signatures pour interdire l'herbicide

Amédée Boucher a passé les trois dernières semaines à sillonner les routes de la Péninsule acadienne pour encourager les résidents à signer une pétition contre le glyphosate.

Il s'est notamment rendu à Tracadie, à Caraquet, à Saint-Isidore, à Paquetville et à Saint-Sauveur. Il compte poursuivre sa route et aller à Neguac, à Lamèque et à Miscou.

Il affirme que sa lutte contre le glyphosate n'est que la pointe de l'iceberg. Il compte également attirer l'attention sur les dangers pour la santé que pourraient représenter les semences génétiquement modifiées commercialisées par Monsanto, qui produit l'herbicide Roundup.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie