•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq espèces invasives qui menacent l'Alberta

Cinq espèces envahissantes menacent l'écosystème de l'Alberta.

Cinq espèces envahissantes menacent l'écosystème de l'Alberta.

Photo : CBC

Radio-Canada

Selon le Conseil des espèces envahissantes du gouvernement albertain, cinq espèces menacent particulièrement l'écosystème de la province. Les voici : 


1. Les poissons porteurs de la maladie du tournis

Des poissons atteints de la maladie du tournis.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des poissons atteints de la maladie du tournis.

Photo : Stephen Atkinson/Oregon State Univ.

La maladie du tournis a fait son apparition le mois dernier en Alberta. Il s'agit d'un parasite qui touche les salmonidés, soit les truites et les saumons, et qui les force à tourner sur eux-mêmes, les faisant mourir prématurément. L'Agence d'inspection canadienne des aliments a indiqué jeudi que depuis le début de l'infection dans un lac, six autres ont été touchés dans la province.

Selon le biologiste Roger Ramcharit du ministère de l'Environnement et des Parcs, la maladie du tournis pourrait décimer 90 % de la population de truites. Le parasite peut être transmis par l'homme, puisqu'il s'accroche aux équipements nautiques et au matériel de pêche.

2. La moule zébrée et la moule quagga

Des moules zébrées.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des moules zébrées.

Photo : U.S. Department of Agriculture/Associated Press

La bataille contre les espèces de moules invasives se porte bien en Alberta, explique le directeur du Conseil des espèces envahissantes, Barry Gibbs, depuis que la province a instauré une inspection obligatoire des bateaux par des chiens renifleurs. Les mollusques bivalves s'accrochent aux coques des embarcations nautiques, qu'elles peuvent d'ailleurs perforer.

Les moules peuvent aussi étouffer d'autres espèces de moules locales. Les moules zébrées et les moules quaggas peuvent survivre jusqu'à 30 jours hors de l'eau.

3. Le jonc fleuri

Des joncs fleuris.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des joncs fleuris.

Photo : Nicole Kimmel/Alberta Agriculture and Forestry

Le jonc fleuri est une espèce envahissante interdite en Alberta. Malgré tout, elle a été repérée à 12 endroits en Alberta, notamment en bordure du lac Cherstermere, à l'est de Calgary. La plante aux multiples fleurs qui affectionne particulièrement les milieux humides a été grandement utilisée autrefois pour décorer les espaces publics, et elle était même vendue par les fleuristes.

« C'est un gros problème. Beaucoup de ressources sont présentement à l'oeuvre afin d'éradiquer cette plante », affirme Barry Gibbs. L'Alberta travaille de concert avec les États de l'Idaho et du Montana pour développer un pesticide efficace contre le jonc fleuri.

4. Les épervières

Une épervière.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une épervière.

Photo : Kale Jonker

Les épervières ressemblent beaucoup aux pissenlits, mais elles causent beaucoup plus de problèmes que ces derniers. Avec son taux élevé de dissémination et sa capacité à se reproduire de manière asexuée, l'épervière peut rapidement prendre le dessus sur d'autres plantes.

Toutes ces caractéristiques font en sorte qu'elles monopolisent toutes les ressources du sol, menant les autres espèces à leur perte. Leur reproduction peut facilement devenir incontrôlable.

Barry Gibbs, directeur du Conseil des espèces envahissantes de l'Alberta 

5. Les centaurées

Une centaurée.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une centaurée.

Photo : Alberta Invasive Species Council

Les centaurées proviennent de l'État du Montana, tout juste au sud de l'Alberta. Ces plantes, originaires d'Europe, ont développé un mécanisme de reproduction qui fait en sorte qu'elles émettent une substance compromettant la capacité de reproduction d'autres espèces. Dès qu'elles prennent racine dans un champ, il est extrêmement difficile de s'en débarrasser.

Selon le conseil des espèces envahissantes, les centaurées sont connues pour être capables de dégrader entièrement de larges routes et des terrains agricoles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Animaux