•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les évêques de la Saskatchewan n'ont pas de directives sur les funérailles en cas de suicide assisté

La loi fédérale sur l'aide médicale à mourir est entrée en vigueur en juin 2016

La loi fédérale sur l'aide médicale à mourir est entrée en vigueur en juin 2016

Photo : ISTOCK

Radio-Canada

À l'inverse de leurs homologues de l'Alberta et des Territoires du Nord-Ouest, les évêques de la Saskatchewan n'ont pas partagé de lignes directrices sur l'aide médicale à mourir et les funérailles catholiques.

Un texte d'Audrey ParisTwitterCourriel

Cette semaine, à l'occasion de la Conférence des évêques catholiques du Canada en Ontario, les évêques catholiques de l'Alberta et des Territoires du Nord-Ouest ont présenté un document sur l'aide médicale à mourir et la célébration des funérailles. Le document laisse entendre que des funérailles ne devraient pas être célébrées dans des cas de mort par suicide assisté qui ont été hautement médiatisés. On peut également lire dans le document que : « l'enseignement de l'Église montre bel et bien que l'euthanasie est une grave violation de la loi du Seigneur ».

L'archidiocèse de Regina explique pour sa part qu'il traverse présentement une période de transition, avec l'arrivée officielle du nouvel archevêque Mgr Donald Bolen à la mi-octobre. Il n'était donc pas possible de savoir si de telles lignes directrices sont dans les plans de l'archevêché de la province.

Le diocèse de Saskatoon est lui aussi en période de transition et confirme ne pas avoir partagé de directives entourant l'aide médicale à mourir et les funérailles catholiques. Et à Prince Albert, l'évêque du diocèse, Mgr Albert Thévenot, ne pouvait pas commenter puisqu'il se trouve justement en Ontario où se déroule la conférence des évêques du pays.

Un théologien souhaite des directives nationales

Le théologien de l'archidiocèse de Regina aimerait que toutes les autorités religieuses du pays s'entendent sur des directives entourant les funérailles après une mort provoquée pour abréger les souffrances. Brett Salkeld croit que les évêques de l'Alberta et des Territoires du Nord-Ouest ont présenté des points pertinents dans leur document. 

Il ne faut pas voir le document présenté en Ontario comme un abandon de la part de l'Église, précise-t-il. Brett Salkeld ajoute que les lignes directrices incluent d'autres options pour les fidèles qui veulent souligner une mort dans des circonstances de suicide assisté, comme une messe commémorative ou des prières lors de l'enterrement.

Brett Salkeld croit que le document cherche surtout à diminuer les risques de scandales en proposant de refuser certaines funérailles associées à des cas controversés d'aide médicale à mourir.

Le théologien de Regina trouve qu'il est facile de tirer des conclusions hâtives en disant que les évêques de l'Alberta et des Territoire du Nord-Ouest refusent totalement les funérailles aux fidèles qui ont demandé l'aide médicale à mourir. Brett Salkeld ajoute que le document apporte aussi des recommandations générales pour mieux accompagner les communautés religieuses relativement à cet enjeu pour l'Église.

Le document des évêques de l'Alberta et des Territoires du Nord-Ouest a été publié sur le site web de l'archidiocèse d'Edmonton le 14 septembre.

Saskatchewan

Croyances et religions