•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sommet à Toronto : les maires donnent leurs idées pour une politique nationale du logement

Le maire d'Edmonton, Don Iveson a pris la parole lors du sommet à Toronto.

Le maire d'Edmonton, Don Iveson a pris la parole lors du sommet à Toronto.

Photo : CBC/Linda Ward

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les maires des grandes villes canadiennes ont défini sept lignes directrices pour poser les bases d'une stratégie nationale du logement. Lors du Sommet du logement qui a eu lieu à Toronto, ils ont remis leur proposition au ministre fédéral Jean-Yves Duclos, chargé d'élaborer cette nouvelle politique.

Un texte de Lyne-Françoise PelletierTwitterCourriel

Le fédéral et le provincial n'avaient toutefois pas l'intention d'ouvrir leurs chéquiers au Sommet du logement. Les ministres invités ont plutôt énuméré une longue liste d'investissements qui ont été réalisés au cours de l'année. Les maires des grandes municipalités canadiennes n'ont pas été surpris.

Nous avons mis des ressources importantes à la disposition de nos communautés.

Une citation de :Jean-Yves Duclos, ministre fédéral responsable de l'élaboration d'une stratégie nationale du logement

Les grandes lignes

L'un des besoins les plus pressants pour enrayer la crise du logement au Canada est d'assurer un financement stable et durable pour protéger le parc de 600 000 logements sociaux, selon les maires canadiens.

À cette fin, ils souhaitent qu'Ottawa établisse une réserve ciblée de 12,6 milliards de dollars à même le programme fédéral pour les infrastructures sociales dans son prochain budget. Cette somme d'argent comblerait le manque à gagner créé par la fin des ententes d'exploitation de logements sociaux.

Le logement est un problème que nous pouvons régler.

Une citation de :John Tory, maire de Toronto

Les maires soutiennent qu'une fois que la qualité, la salubrité et l'abordabilité des logements sociaux existants seront assurées, il faudra en construire d'autres. Ces logements devraient aussi être construits sur des terrains fédéraux excédentaires pour réduire les coûts.

La Stratégie de partenariats de lutte contre l'itinérance joue aussi un rôle important. Les maires canadiens suggèrent de doubler cet investissement au cours des 10 prochaines années pour le porter à 350 millions de dollars par année. Ils demandent au fédéral d'en faire bénéficier les villes durement touchées par l'itinérance.

Ne pas oublier la classe moyenne

Les maires proposent aussi d'accroître le parc de logements locatifs pour la population à revenus moyens. Plusieurs incitatifs sont suggérés tels que des crédits d'impôt pour ceux qui vendent leurs logements abordables à des organismes à but non lucratif. Les coûts de développement des nouveaux logements locatifs pourraient aussi être exemptés de la taxe de vente harmonisée (TVH).

Enfin, l'Aide pour le logement locatif abordable, un programme fédéral créé en 2016, pourrait aussi être élargie et comprendre la réparation de logements locatifs.

Les autres suggestions des maires canadiens sont de trouver des solutions innovatrices et durables, d'établir un Fonds pour le logement pour les Autochtones et pour le Nord ainsi que de revoir le mandat de la Société canadienne d'hypothèques et de logement.

Le ministre fédéral Jean-Yves Duclos a par ailleurs annoncé qu'il rendra public le rapport des consultations sur la stratégie nationale du logement le 2 novembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario