•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3e lien : « des décisions précipitées » appréhendées

L'autoroute Henri IV sud est congestionnée en direction du pont Pierre-Laporte.

Photo : ICI Radio-Canada / Bruno Savard

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'annonce d'une nouvelle vision en matière de transports à Québec d'ici quelques semaines inquiète Accès transports viables, qui craint que la Ville prenne des « décisions précipitées ».

Le directeur général de l'organisme, Étienne Grandmont, estime dangereux de revoir les priorités de la Ville de Québec aussi rapidement, à la lumière de récents sondages montrant un appui grandissant de la population à un troisième lien entre Québec et Lévis.

« On ne comprend pas l'urgence subitement parce qu'il y a quelques radios de Québec qui parlent beaucoup de troisième lien et que les sondages montrent qu'il y a un intérêt pour les gens de Québec et de Lévis pour un troisième lien », fait valoir Étienne Grandmont.

Mardi, le maire Régis Labeaume a annoncé qu'il présenterait d'ici trois semaines un « plan complet pour l'avenir de la mobilité » entre les deux rives, reconnaissant que le dossier est maintenant une priorité des citoyens.

Étienne Grandmont souligne que le Plan de mobilité durable de Québec a été adopté en 2011 au terme de longues consultations et qu'il fait consensus dans la région.

Les enjeux sont trop importants pour faire ces choix-là, revoir la planification des transports sur un coin de table en deux ou trois semaines.

Une citation de :Étienne Grandmont, directeur général, Accès transports viables

Il suggère de se concentrer sur le projet de service rapide par bus (SRB), dont la première phase sera terminée en 2022.

« C'est la solution qui a été choisie de mettre de l'avant pour aider à régler les problèmes de congestion. Mettons en place le système, prenons le temps de regarder les effets que ça aura sur la congestion et, après ça, on pourra regarder d'autres alternatives si on se rend compte que ça ne fonctionne pas », plaide M. Grandmont.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !