•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement Gallant injecte 1 M$ pour l'apprentissage d'une langue seconde

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, a fait l'annonce jeudi matin.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, a fait l'annonce jeudi matin.

Photo : Radio-Canada/Bernard LeBel

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick veut rendre plus accessibles les cours de langue seconde, à la fois pour les chômeurs que pour les enfants.

D'une part, le gouvernement va consacrer jusqu'à 1 million de dollars cette année pour financer des cours de langue seconde aux personnes à la recherche d'un emploi.

Ces cours sont offerts par les Collèges communautaires du Nouveau-Brunswick, et coûtent entre 200 et 800 $, mais le gouvernement paiera ces cours aux chômeurs qui s'y inscriront.

Notre programme ne sera pas parfait, parce qu'il y a certainement des défis, mais je peux vous dire qu'on va faire tout ce qu'on peut pour mitiger les inquiétudes des gens par rapport au programme.

Une citation de :Brian Gallant, premier ministre du Nouveau-Brunswick

« De nombreuses personnes sont conscientes des avantages économiques qui découlent du bilinguisme, mais certaines ont besoin d'aide pour parler plus couramment dans leur langue seconde afin de pouvoir poser leur candidature à des postes bilingues », a déclaré le premier ministre, Brian Gallant.

Aussi, le premier ministre a répété que son gouvernement avait toujours l'intention de réinstaurer l'immersion précoce en première année, sans donner de date toutefois.

M. Gallant a précisé qu'il avait l'intention de rendre l'immersion accessible à plus d'enfants dans toutes les régions de la province.

« Nous avons entendu à plusieurs reprises partout dans la province les gens dire qu'ils voulaient avoir accès à l'immersion en français dans les régions rurales et c'est important qu'on donne la possibilité d'apprendre une deuxième langue à tous les gens dans la province », a déclaré M. Gallant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie