•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enveloppe égalitaire : les enseignants et le gouvernement du N.-B. s'entendent

Marc Arseneau, président de l'Association des enseignantes et des enseignants francophones du N.-B.

Marc Arseneau, président de l'Association des enseignantes et des enseignants francophones du N.-B.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2016 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Association des enseignantes et des enseignants francophones du Nouveau-Brunswick (AEFNB) a annoncé mardi qu'elle s'était entendue avec le ministère de l'Éducation dans le dossier de l'enveloppe égalitaire.

L'AEFNB retire donc la poursuite qu'elle a intentée contre la province pour exiger plus de fonds dans le système d'éducation francophone. Au Nouveau-Brunswick, on retrouve un système d'éducation en anglais et un en français.

Les enseignants reprochaient au gouvernement provincial de ne pas investir suffisamment dans cette enveloppe destinée à assurer l'égalité de l'éducation en français par rapport au système de la communauté anglophone.

Une étude qui date de 2013 évaluait les fonds nécessaires à 11,5 millions de dollars par année pour le secteur francophone. Les fonds prévus par Fredericton cette année s'élevaient à 3 millions de dollars.

Ainsi, les enseignants et le ministère ont convenu que le plan de 10 ans en éducation annoncé par le gouvernement provincial dans les dernières semaines assurera la mise en oeuvre des initiatives découlant du rapport de Pierre Marcel Desjardins. On ignore toutefois si Fredericton injectera davantage de fonds, annuellement, dans l'enveloppe égalitaire.

« Aujourd'hui est un grand jour pour toute la communauté acadienne et francophone alors que le gouvernement du Nouveau-Brunswick a été à l'écoute des inquiétudes et des revendications afin d'assurer une éducation équitable pour tous nos enfants, notamment ceux en contexte linguistique minoritaire », a déclaré par voie de communiqué le président de l'AEFNB, Marc Arseneau.

Le ministre de l'Éducation et du Développement de la petite enfance, Brian Kenny, affirme pour sa part dans le même communiqué que « la concertation et la collaboration avec nos partenaires sont essentielles afin d'en arriver à une mise en œuvre couronnée de succès du plan de dix ans en éducation ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie