•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Carnets de vaccination: plus de 200 élèves suspendus dans Windsor-Essex

Une personne se fait vacciner
Une personne se fait vacciner
Radio-Canada

Plus de 200 élèves de la région de Windsor-Essex, dont 15 des conseils scolaires francophones, sont suspendus de leur école depuis lundi matin pour ne pas avoir mis à jour leur carnet de vaccination. La nouvelle mesure a été instaurée par le Bureau de santé publique régional en vertu de la Loi sur l'immunisation des élèves.

Un texte de Édith DrouinTwitterCourriel

Les enfants nés en 2008 dont les carnets de vaccination ne sont pas à jour pourraient être exclus de l'école durant un maximum de 20 jours.

Leurs parents peuvent aussi soumettre une déclaration d'exemption, qui doit être certifiée par un notaire ou un avocat, selon le Bureau de santé publique.

C'est la première fois que l'agence a recourt à une telle mesure. Des lettres ont été envoyées à multiples reprises aux parents depuis mars pour les avertir que leurs documents devaient être à jour avant la date butoir du 26 septembre.

Malgré tout, les carnets de vaccination de 207 enfants étaient incomplets dimanche soir. L'agence dit toutefois avoir reçu plusieurs documents lundi matin et pense que ce chiffre sera beaucoup plus bas mardi. 

Une campagne efficace

Judy Allen, responsable du programme Healthy Schools pour le Bureau de santé publique de Windsor-Essex, estime que la campagne de l'agence a été très efficace.

Considérant que nous étions à 3500 au départ et que nous sommes maintenant à 200, je pense que nous avons eu un très bon taux de participation

Judy Allen, responsable du programme Healthy Schools pour le Bureau de santé publique de Windsor-Essex.

Les dossiers de 3500 élèves nés en 2008 sur les 4300 de cet âge n'étaient pas à jour au début des démarches.

Elle ajoute que le programme est beaucoup plus efficace que des mesures prises par le passé, qui avaient habituellement entre 30 et 40 % de taux de réponse.

Une information qui peut sauver des vies

Il est très important que les écoles sachent quels enfants n'ont pas reçu leurs vaccins, explique Sarah Wilson, épidémiologiste pour Santé publique Ontario.

S'il y a des signes qui laissent croire à une épidémie dans une école, ils peuvent identifier très rapidement les enfants qui pourraient être à risque.

Sarah Wilson, épidémiologiste pour Santé publique Ontario

C'est pourquoi la nouvelle mesure du Bureau de santé publique s'appliquera bientôt à plusieurs niveaux scolaires, selon Judy Allen. Le but ultime de l'agence est de mettre à jour les carnets de vaccinations de tous les enfants chaque année.

Windsor

Vaccination